La FDSEA renvoie dos à dos les médias et Lactalis sur l'affaire du lait contaminé

L'usine Lactalis de Craon (Mayenne) / © Damien Meyer, AFP
L'usine Lactalis de Craon (Mayenne) / © Damien Meyer, AFP

Ce matin,  lors d'un point presse, le président de la FDSEA 53, Philippe Jehan, s'en est pris aux médias qui font de la "surenchère" et qui aggravent la crise sanitaire qui secoue en ce moment le groupe laitier Lactalis. Mais il a aussi regretté la "communication ratée " du géant mayennais.

Par Thierry Bercault

Ce qui a fait sortir Philippe Jehan de ses gonds, c'est le dernier article du Canard Enchaîné qui accusait Lacatalis d'avoir caché la vérité. L'hebdomadaire satyrique s'appuyait sur la conclusion d'une enquête interne  réalisée en août dernier mais non publiée. Cette enquête révélerait que le groupe laitier était au courant d'une contamination anormale aux salmonelles dans son usine de Craon et qu'elle ne pouvait pas nier les conséquences sur la production  de lait infantile. 

"Arrêtez la surenchère"


"Arrêtez la surenchère médiatique" s'est exclamé le n° 1 de la FDSEA mayennaise. Avant d'ajouter : " Toutes ces attaques portent atteinte à notre production laitière et menacent gravement  la filière lait" .  

En somme,  la FDSEA vient au secours du géant mondial, qui rappelons le, fait travailler 7 500 personnes dans 85 pays et réalise un chiffre d'affaires de plus de 17 milliards d'euros. Elle se déclare même "solidaire du groupe" dirigé par Emmanuel Besnier tout en regrettant sa mauvaise communication. Selon Philippe Jehan,  "se réfugier dans le silence est une mauvaise stratégie"  qui donne le champ libre aux détracteurs et qui "amplifie la catastrophe". 
   

Sur le même sujet

Archive avril 2015 : arrêt projet la médiathéque

Les + Lus