Mayenne : l'accueil familial thérapeutique, une alternative à l'hospitalisation psychiatrique

Publié le

Ils sont hospitalisés en psychiatrie depuis parfois des années, avant d'être accueillis, à leur sortie, dans des familles pour être soignés autrement. C'est le principe de l'accueil familial thérapeutique. Cet accueil existe depuis une trentaine d'années en Mayenne. Il permet aux patients de réapprendre à vivre en société.

L'accueil familial thérapeutique, une alternative à l'hôpital pour des personnes atteintes de troubles psychiatriques mais stabilisés sur le plan médical. 

Voilà un an que Valérie vit chez Colette, loin des murs de l'hôpital psychiatrique. Ensemble, les deux femmes ont appris à se connaitre, à dépasser la maladie de Valérie.

"On fait tout ensemble, même le linge, on fait des sorties, on se promène, on fait pas mal de spectacles, elle vient même le vendredi à la danse, raconte Colette, de toutes façons quand on accueille quelqu'un, j'estime qu'il doit faire partie de la famille".

"Je me plais bien ici, ce n'était pas bien à l'appartement, j'étais toute seule, j'étais pas à l'aise", explique Valérie.

Accompagner, faire réapprendre les tâches du quotidien, c'est le travail de Colette depuis 27 ans au sein de l'accueil familiale thérapeutique. Rémunérée par l'hôpital à hauteur d'un SMIC, elle offre à ses accueillis un cadre rassurant.

Stabilisée, Valérie attend désormais qu'une place se libère dans un foyer à Château-Gontier. Colette accueillera alors un autre patient.

Des fois, vous les avez soit un an, deux ans, trois ans, ça dépend, et puis les voir partir on se dit : oh c'est dommage

Colette

Laurence et Jacinthe sont les deux infirmières du service. Régulièrement, elles rendent visite aux familles pour s'assurer du bon déroulement de la cohabitation.

"Souvent à l'hôpital beaucoup de personnes ont perdu leurs acquis de par la maladie, de par le rythme à l'hôpital, explique Jacinthe Ringuet, infirmière à l'AFT 53, quand on les intègre dans une famille d'accueil, c'est déjà les sortir de l'hôpital, les éloigner un peu de la maladie et reprendre une vie à peu près normale".

Sylvie a 60 ans, grâce à Joëlle et aux autres familles d'accueil qu'elle a connues, elle se remet sur pied.



"C'est important d'avoir des personnes plutôt compréhensives qui nous aident bien, qui nous supportent et qui nous remettent dans le droit chemin comme on dit",
reconnait-elle.

"Nous on est plus là pour vraiment restructurer la vie, les aider dans le quotidien pour la toilette, les choses comme ça, explique Joëlle, mais en retour c'est un enrichissement personnel parce que c'est valorisant déjà pour nous, on sait qu'on se rend utile donc c'est un échange mutuel".

En Mayenne, une dizaine de familles sont accueillantes, mais il en faudrait davantage pour répondre à la demande.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité