Naufrage de l'Erika, tempêtes Lothar et Martin : il y a 20 ans, Noël avait été plus qu'agité

Il y a 20 ans, le millénaire s'achevait sur deux catastrophes : le naufrage de l'Erika et les tempêtes Lothar et Martin. Des phénomènes climatiques tellement extrêmes qu'on les a qualifiés de tempêtes du siècle... L'une et l'autre avaient fait de gros dégâts dans notre région.

Les tempêtes Lothar et Martin ont traversé la France en décembre 1999
Les tempêtes Lothar et Martin ont traversé la France en décembre 1999 © France 3 Pays de la Loire
Nuit du 25 au 26 décembre 1999 : Lothar, une dépression formée au large de Terre-Neuve et galvanisée par des courants de haute altitude s'abat sur La France, suivi par son clone Martin, le 27.

Les Pays de la Loire ne sont pas épargnés par cette tempête océanique explosive. A la Roche-sur-Yon, le vent souffle à plus de 150 km/h. 130 dans le centre-ville du Mans. Sur la côte, les anémomètres s'affolent et frôlent les 200 km/h.

Le bilan est impressionnant : inondations, toitures arrachées, bâtiments ravagés. Certains monuments historiques sont sérieusement endommagés.  

L'église de Saint-Calais-du-Désert en Mayenne, en perd son clocher, littéralement décapité par la force du vent. Plus loin, c'est une exploitation agricole en état de choc.

La Côte d'amour est dévastée.  La plupart de ses pêcheries ressemblent désormais à un mikado géant.   Pour, EDF et France Telecom, le travail à accomplir est immense. Pour le seul département de la Vendée, il faut reconstruire près de 200 km du réseau électrique, et dans les meilleurs délais. Des  milliers  de foyers doivent s'éclairer à la bougie, certains sinistrés n'ont plus de chauffage. 

Les forêts aussi ont souffert de ce coup d'éclat, brutal et soudain, de la nature. Dans la région, le bilan est de  650 000 m3 de bois qu'il faut débiter à la hâte pour éviter son pourrissement.

250 000 m3 rien qu'en Sarthe Résultat : certains arbres sont vendus 40% en dessous de leur valeur réelle. Le gouvernement de Lionel Jospin débloque 1,6 milliards de Francs, près de 235 millions d'euros, pour la filière bois.Des  aides qui concernent aussi les secteurs agricole, ostréicole et conchylicole, déjà impactés par la catastrophe de l'Erika.

Les compagnies d'assurance se mettent en quatre pour traiter en urgence les centaines de dossiers de sinistrés.

Le dispositif d'alerte de Météo France est radicalement transformé, place au mécanisme de surveillance sous forme de code couleur, plus précis, même à 24 heures d'avance. Objectif : se rapprocher du sans faute en terme de détection des phénomènes météo dangereux.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
erika environnement pollution intempéries météo