Présidentielle : aux urnes citoyens ! Voir ou revoir le Dimanche en Politique du 20 mars

Publié le Mis à jour le
Écrit par Virginie Charbonneau avec Murielle Dreux

Les 10 puis le 24 avril, ce sera jour de vote pour la présidentielle. Dans Dimanche en politique, retour sur les résultats en Pays de la Loire des précédents scrutins qui ont élu nos chefs d’État. Rencontre avec des citoyens, des enseignants, élus, jeunes et moins jeunes qui nous parlent de leur rapport à la politique… Plus intéressés qu’on ne le croit mais très souvent désenchantés.

Les Pays de la Loire sont une des régions les plus légitimistes et les moins abstentionnistes de France.

À la Présidentielle, on y vote toujours comme le reste du pays, sauf en 1981, quand la région avait, et de très loin, préféré Valéry Giscard d’Estaing à François Mitterrand, malgré tout élu au soir du 10 mai.

Avant et après, les résultats sont toujours allés dans le même sens, y compris en 2017. Les Pays de la Loire avaient alors été une des régions à avoir le plus voté pour Emmanuel Macron, derrière l’Ile de France et la Bretagne.

Il avait obtenu 72,4% des suffrages, contre 66,1% au niveau national. Et dans les grandes villes de la Région, ses scores avaient explosé tous les pronostics : 86,5% à Nantes, 82,5% à Angers !

D’un département à l’autre, en revanche, plus de nuance. Écrasants en Loire-Atlantique (77,2%), les résultats du Président élu baissaient à mesure qu’on allait vers l’Est de la Région, pour atteindre 63,3% en Sarthe, en-dessous donc de son score national.

La Sarthe, où le vote d’extrême-droite, sans être majoritaire, est le plus élevé de la Région depuis plusieurs élections.

Le vote de Droite y est aussi très important. François Fillon, l’enfant du pays était arrivé nettement en tête au 1er tour il y a 5 ans, avec 28,6% des suffrages. Son fief de Sablé/Sarthe, surexposé au moment du Penelopegate, reste traumatisé par la campagne de 2017.

Les 18-25 ans sont désormais ceux qui s’abstiennent le plus. 87% d’entre eux ne sont pas allés voter aux dernières régionales (82% en Pays de la Loire). Mais la Présidentielle est une élection à part, qui mobilise toujours plus que les autres scrutins.

Selon un sondage IPSOS pour la FAGE (principal syndicat étudiant), 8 jeunes sur 10 souhaitent donc aller voter les 10 et 24 avril. Même s’ils ne se reconnaissent plus dans la politique et le processus électoral.

durée de la vidéo : 01min 24
Dimanche en Politique avec Arnauld Leclerc, professeur de sciences politiques Université Nantes ©France Télévisions

Chez les plus jeunes encore, les lycéens, qui pour certains vont participer à une élection pour la première fois, l’acte de voter peut aussi effrayer. À l’heure des réseaux sociaux, des applications qui rendent le choix des candidats presque ludique à l'image de l'application "Elyze", le fait d’aller physiquement déposer un bulletin de vote dans un isoloir peut sembler totalement dépassé.

durée de la vidéo : 47sec
Dimanche en Politique avec Marion Gaborieau, professeure d'histoire et d'Éducation Morale et Civique ©France Télévisions

Alors quelle solution ? Le vote électronique en serait une mais pour Arnauld Leclerc, il est encore trop insécurisé pour être envisagé bientôt. Les isoloirs dans les bureaux de vote semblent avoir de beaux jours devant eux…

Et dans ce qui va peser dans ces isoloirs au moment de faire son choix, plusieurs sujets apparaissent prédominants pour les électeurs : le pouvoir d’achat, l’écologie, l’éducation. Et la santé. Ce thème, longtemps ignoré des politiques lors des scrutins nationaux, a fortement émergé lors des municipales, régionales et départementales ces deux dernières années. Et les candidats à la présidentielle s’en sont – enfin – emparés.

Un sujet particulièrement prégnant en Mayenne, 3è département considéré comme le plus touché par les déserts médicaux.

La Mayenne qui est l’un de nos départements le moins abstentionniste. Mais à 3 semaines du 1er tour de la Présidentielle, peu d’électeurs semblent concernés par le scrutin.

Au lendemain du 24 avril, c’est une autre campagne qui commencera : celle des Législatives.

En 2017, les Pays de la Loire avaient connu un raz de marée macroniste : 24 circonscriptions sur 30 avaient été conquises par En Marche ou le Modem. Difficile de faire des pronostics pour les 12 et 19 juin. Mais si Emmanuel Macron est réélu le 24 avril, il est probable que le scenario d’il y a 5 ans lui soit moins favorable … Au moins dans deux départements où la majorité présidentielle avait fait le Grand Chelem en 2017, la Loire-Atlantique et la Vendée.

►pour voir ou revoir l'émission

►Dimanche en Politique : Présidentielle, aux urnes citoyens, ce dimanche 20 mars à 11h00 et en replay sur france.tv