Cet article date de plus de 3 ans

Santé : aux beaux jours la vigilance s’impose contre les tiques

Qui dit printemps, dit aussi balade en forêt. Gare cependant aux piqûres de tiques qui peuvent transmettre la maladie de Lyme.
Information à destination des promeneurs
Information à destination des promeneurs © France 3
Mickaël Ricordel, chef de projet environnement à l’Office national des forêts (ONF) connaît bien ces acariens. Avec leur rostre, leur tête, les tiques se nourrissent du sang des animaux qui les hébergent, et parfois de sang humain.

"D’avril à novembre il vaut mieux éviter les shorts et les bras nus en forêts", souligne Mickaël Ricordel. 

Car la tique peut transmettre la borrelia, la bactérie responsable de la maladie de Lyme. Ce professionnel des forêts a lui-même été piqué en 2009. 

"Trois semaines plus tard, les premiers symptômes sont apparus, un érythème migrant et une rougeur qui se développe depuis la piqûre de manière circulaire", explique t-il. Un traitement antibiotique a permis de stopper la maladie, mais elle peut revenir à la prochaine piqûre de tique.

Mieux vaut donc se prémunir des risques d'infection. Il est conseillé aux promeneurs de porter des vêtements longs et de s'équiper d'un tire-tique, commercialisé en pharmacie.

Le reportage de Christophe François et Antoine Ropert


► Pour en savoir plus sur la maladie de Lyme

Médecine : la vérité sur la maladie de Lyme

La maladie de Lyme, encore méconnue, est transmise par les tiques. Les chiffres sont exponentiels, avec au moins 50 000 nouveaux cas chaque année. Comment se prémunir ? Quels sont les traitements à suivre en cas d'infection, en dépit des incertitudes scientifiques ?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société forêt nature sorties et loisirs loisirs environnement