Il avait menacé de mort les époux Macron, un septuagénaire condamné à six mois de prison ferme

Un homme de 76 ans a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel du Mans pour outrage et menace de mort à l'encontre d'Emmanuel et Brigitte Macron.

Il avait appelé à "égorger" Emmanuel Macron et son épouse dans un courrier en date du 15 avril dernier que cet ancien chef de projet informatique avait adressé à son assistante sociale du Centre communal d'action sociale (CCAS) du Mans.

La lettre était accompagnée d'un photomontage avec des images de corps décapités et la tête du président de la République au bout d'une pique.

Le septuagénaire avait également évoqué des "risques" pour la vie d'Emmanuel Macron, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques et paralympiques de Paris et proféré des insultes envers Brigitte Macron qu'il a qualifiée dans son courrier de "pouffiasse transgenre".  

Lors de sa comparution immédiate devant le tribunal correctionnel du Mans, le septuagénaire a assuré qu'il n'avait "pas l'intention de faire du mal" et qu'il n'avait jamais envisagé d'adresser ce courrier directement à l'Élysée. Selon lui, il s'agissait d'un "appel au secours" pour alerter sur sa détresse.  

"Il s'agit de faits graves"

Lors de sa plaidoirie, son avocat, Me Nicolas Bouthière, a évoqué la "situation dramatique" de son client, expliquant que celui-ci avait vécu dans la rue, qu'il connaissait des difficultés financières importantes et devait se contenter d'un garage pour se loger, malgré toutes ses démarches auprès des services sociaux.

"C'est déjà une première victoire pour lui d'avoir été entendu aujourd'hui", a ajouté Me Bouthière.  

Quelles que soient les difficultés rencontrées, cette attitude n'est "pas excusable", a estimé le procureur de la République. "Ce courrier peut faire sourire, paraître anodin, mais il s'agit de faits graves, extrêmement violents, reflétant de la haine, avec l'intention que cela atteigne le couple présidentiel", a-t-il dénoncé.

Le procureur est revenu sur "le casier judiciaire d'escroc" du septuagénaire.

Il a été condamné à neuf reprises entre 1988 et 2021, notamment pour escroquerie, banqueroutes, contrefaçon de chèques et faux et usage de faux.

Me Nicolas Bouthière a annoncé à France Bleu Maine que son client fera appel de sa condamnation à six mois de prison ferme sans aucun aménagement de peine. 

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité