JO Karaté : La mancelle Leïla Heurtault éliminée dès les poules en moins de 61 kilos

Seule karatéka française à participer aux JO de Tokyo, la Mancelle rêvait de décrocher l’or. Partant favorite, elle a été éliminée dès les poules . Elle finit dernière des – des 61 kilos au nippon Budokan.

Grosse désillusion pour Leïla Heurtaud. La Mancelle avait soif de victoire olympique, après ses trois titres de championne du monde. Pour la première fois dans l’histoire, le karaté était discipline olympique. " Sur ce genre de compétition, On y va pour la première place ", annonçait-elle au micro de nos confères lors de sa préparation.  Mais elle n’ira pas au-delà des poules. La française s’est inclinée lors de ses trois premiers combats.

Pourtant favorite, mais elle s'incline

Dès son premier combat de poule, Leïla Heurtaud a été sévèrement battue par  la Vénézulienne Claudymar Garcès Sequera . Pourtant favorite, elle s’est inclinée avant la limite de temps après avoir encaissé huit points. Mieux classée que son adversaire, la Japonaise Someya Mayumi, elle a pourtant perdu son deuxième combat. Face au mur, après ses deux défaites, la Sarthoise n’a pas réussi à se qualifier face à la chinoise Yin Xiaoyan. La mancelle a tout de même remporté son dernier combat face à la Turque Merve Coban, médaille de bronze à l’Euro en avril. 

"  Elle n’est pas du tout entrée dans la compétition, regrette l’entraineur Olivier Baudry. Il y avait pourtant de la place pour passer, comme Leïla le montre lors de son dernier combat. Elle fait des erreurs de distance , surtout sur les techniques de jambes "

Les trois premiers combats ont été compliqués, je n’arrivais pas à trouver le rythme.

Leïla Heurtault,karatéka

" Un de mes moteurs , c’est mon équipe, mon coach Didier Moreau qui n’a pu être présent ", explique la sarthoise. "Avec Olivier, il a fallu prendre ses repères, comment il me gère. Je n’ai aucun regret, j’ai essayé de palier. Pas assez bien sûr, mais ça aurait pu être pire. Les trois premiers combats ont été compliqués, je n’arrivais pas à trouver le rythme. Face à la Turque, avec qui j’ai une longue histoire, j’avais envie de marquer des points ".

Qualifiée au dernier moment pour les JO

A 26 ans, la licenciée du Samourai 2000  au Mans va devoir rebondir face à cet échec. Son ticket pour les jeux olympiques , elle l’avait obtenu sur le fil après un repêchage au dernier moment par les instances internationales du karaté.  " Je voulais l’or . Malgré tout, cela reste quand même génial. J’ai pris beaucoup de plaisir ", conclut la karatéka.

L’équipe de France se retrouvera pour les Mondiaux, du 16 au 21 novembre à Dubaï.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport karaté