Opération “1 bébé,1 livre” : lutter contre l'illettrisme dès la maternité

© France 3 Pays de la Loire
© France 3 Pays de la Loire

Des associations d'orthophonistes organisent chaque année l'opération "1 bébé, 1 livre" dans les hôpitaux de France pour sensibiliser les jeunes parents aux bienfaits de la lecture. 

Par Romane Idres

Offrir un livre à un nouveau-né, une idée absurde ? Pas du tout, répondent les professionnels de l'enfance. Ce jeudi, des orthophonistes se sont rendus dans différentes maternités de France pour sensibiliser les jeunes parents à l'importance de la lecture. 

Au CHU du Mans, Céline Barrier apprend à plusieurs à utiliser le livre pour favoriser le développement de l'enfant. "Le livre peut être proposé à l'enfant comme objet de stimulation visuelle, auditive, et comme support à la communication.", explique l'orthophoniste, membre de l'association Parol' PDL. 

Stimuler l'enfant

Ses collègues insistent sur l'importance de lire des histoires aux bébés dés le plus jeune âge. "Parfois, on est en train de faire quelque chose, on est fatigués, on n'a pas envie de tout arrêter pour raconter une histoire à son enfant. Mais il faut se forcer !", recommande l'une d'entre elles. "Et quand on voit la réaction des enfants, on ne le regrette pas."

Les bienfaits de la lecture dés le plus jeune âge sont nombreux. Elle favorise le développement du langage, la communication, la compréhension, et permettent de lutter conter l'illettrisme. Bien avant que l'enfant ne sache lire, "le livre doit être un objet familier, un objet du quotidien auquel il est habitué", ajoute Céline Barrier. 

Un bébé, un livre : lutter contre l'illétrisme dés la maternité


Limiter les écrans

Les orthophonistes en profitent pour sensibiliser les parents à un fléau qui prend de plus en plus de place dans les foyers : les écrans. Tablettes, télévisions, smartphones... ils sont partout et les tout-petits y sont confrontés.

Alors les professionnels rappellent aux jeunes parents qu'il faut limiter la consommation d'écran des jeunes enfants, et privilégier la lecture pour les remplacer. "La télévision est une activité passive", rappelle Céline Barrier. "Contrairement à ce que l'on peut croire, ça ne stimule pas les enfants."

Sur le même sujet

La CPAM du Maine-et-loire accentue les contrôles

Près de chez vous

Les + Lus