Vidéo. Pollution des cours d'eau : un Manceau prend son kayak pour en parler

Il aura parcouru 130 kilomètres sur la Sarthe, du Mans à Angers, à la force des bras. Le Manceau Nabil Jdiya descend la rivière en kayak pendant trois jours pour sensibiliser le public à la pollution des cours d'eau. Dans les Pays de la Loire, seuls 11% des cours d'eau sont en bon état écologique selon l'association France nature environnement qui accompagne cette aventure.

L'an dernier, Nabil Jdiya avait descendu en kayak, avec un ami, la Loire depuis Angers jusqu'à Nantes. Son envie était ensuite, en 2023, de faire le parcours sur la Sarthe, entre Le Mans et Angers.

Mais il a souhaité donner aussi un sens écologique à ce projet sportif et contacté l'association France Nature Environnement. 

"Ils m'ont proposé de faire un état des lieux de la rivière, explique Nabil Jdiya, en prenant des photos géolocalisées pour faire une cartographie des zones concernées par la pollution."

Un bout de plastique dans l'estomac

Le 13 juillet, ce Manceau a donc pris son esquif et sa pagaie pour descendre 130 kilomètres de rivière. Et le constat s'est imposé à lui.

"Il y a toujours de la pollution. De plus en plus. Et ça dépend des zones, témoigne Nabil. Les zones les plus concernées sont des zones urbaines et périurbaines et surtout les zones commerciales et industrielles."

Le kayakiste a été notamment surpris par le témoignage d'un pêcheur. En préparant un poisson qu'il avait pêché, il avait trouvé un bout de plastique dans son estomac. "C'est une image qui m'a marqué" avoue Nabil.

Il se souviendra aussi de certaines parties de rivière où l'eau était grasse. "Je ne voulais surtout pas tomber !" dit-il.

Plastiques et mégots

Si l'initiative de Nabil a trouvé une oreille attentive auprès de l'association France Nature Environnement, c'est que cette dernière avait de son côté mené une opération "Ma rivière sans plastique" en 2022 qui lui avait permis de faire un état des lieux sur la rivière Sarthe.

Voir le reportage de Laurence Couvrand, Ruohan Chen et Valérie Brut.

durée de la vidéo : 00h01mn52s
Nabil Jdiya, parcourt la Sarthe en Kayak pour faire un état des lieux de la pollution. ©France Télévisions Laurence Couvrand, Nabil Jdiya, Ruhoan Chen et Valérie Brut.

"On a pu voir qu'une grosse partie des déchets qu'on ramassait était des déchets plastiques qui n'allaient pas se dégrader et qui allaient même aller jusqu'à la mer et donc participer à la pollution de nos océans, rapporte Xavier Métay, coordinateur France Nature environnement Pays de la Loire. On a pu constater aussi qu'une grosse partie était des mégots. Des mégots qu'on jette dans la rue et qui peuvent se retrouver dans la rivière du fait de la pluie. On a aussi des déchets émanant d'ères de pique-nique, de matériels de pêche..."

"C'est à chacun de ramener ses propres déchets à la maison"

Seul 11 % des cours d'eau sont en bon état écologique en Pays de la Loire et la Sarthe est concernée par ce constat inquiétant. France Nature Environnement parle d'un état "dégradé", tant du point de vue chimique que des déchets que la rivière charrie. Jusqu'aux microplastiques qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire, y compris la nôtre.

"Les déchets que Nabil a trouvés, souligne Xavier Métais, ce sont des déchets qui viennent de nos activités humaines. C'est donc à chacun de ramener ses propres déchets à la maison pour les trier."

Nabil prépare déjà la suite : une collecte des déchets en groupe et en kayak l'an prochain, en suivant la cartographie des zones polluées réalisée cette année.

"La rivière, c'est notre patrimoine à tous, il faut une prise de conscience" conclut-il.

Olivier Quentin avec Laurence Couvrand