• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Dans la Sarthe, nouvelle commande d'armement pour Alsetex

A Precigné, dans la Sarthe, la société Alsetex fabrique notamment les grenades GLI F4 / © France 3 Pays de la LOire
A Precigné, dans la Sarthe, la société Alsetex fabrique notamment les grenades GLI F4 / © France 3 Pays de la LOire

Elle fabrique les grenades GLI F4, responsables d'une main arrachée, mardi dernier, à Notre-Dame-des-Landes.
Alsetex, dans la Sarthe, vient de se voir attribuer un marché de 5,3 millions d'euros pour fournir des grenades et des lanceurs, à la police et la gendarmerie pour les 4 ans à venir.

Par Eleonore Duplay

L'avis d'attribution a été publié hier, jeudi 24 mai. Un contrat portant sur 17 544 153 euros de munitions, pour les 4 ans à venir, destiné à fournir la police et la gendarmerie en grenades lacrymogènes et en lanceurs.

Parmi les prestataires, la société Alsetex, à Precigné, dans la Sarthe, remporte 4 lots, pour un montant de 5 298 220 euros. Des lots qui comprennent notamment la fourniture de grenades lacrymogènes assourdissantes.

Un vocabulaire qui désigne souvent les fameuses GLI F4, des grenades qui contiennent une charge de 25 grammes de TNT, responsables notamment de l'incident qui a arraché la main de Maxime Peugeot à Notre-Dame-des-Landes, le mardi 22 mai.


Un mort en 2014 dans une explosion 


L'appel d'offre avait été passé le 05 août 2017, cette commande est donc sans lien avec les expulsions à Notre-Dame-des-Landes et les récents mouvements sociaux, notamment dans les universités.

Cependant, la société Alsetex avait déjà remporté en février 2016, un contrat d'un montant similaire portant sur la livraison de 5,5 millions d'euros de munitions. Des munitions qui semblent donc avoir été consommées en moins de deux années.

La société, qui emploie plus d'une centaine de personnes, fournit lacrymogènes et grenades explosives pour le marché français et l'étranger.
En 2014, une explosion avait coûté la vie à l'une des employées.
Et le 17 avril dernier, une manifestation contre les expulsions dans la zad de Notre-Dame-des-Landes était organisée devant l'usine.

Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus