Sécheresse: les footballeurs amateurs inquiets par l'état des terrains

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elodie Soulard .

Depuis la fin juillet, les restrictions en eau sont importantes et nombreuses, les arrosages de terrain sont interdits. Ça n'arrange pas les clubs de football amateurs qui doivent accueillir à la fin du mois d'Août la Coupe de France, avant la  reprise du Championnat début septembre !  En Sarthe, si la situation se poursuit, nombreux matchs vont devoir être annulés.

Une pelouse qui est passée du vert pomme au jaune paille en quelques semaines de sécheresse. Pour le club de football de Moncé-en-Belin dans la Sarthe et ses quelques 250 adhérents, la  situation est devenue critique. " Je suis catastrophé de voir l’état de notre terrain. Ça me fait mal au cœur de le voir ainsi " lâche  dépité Philippe Georges, le président de l’ES Moncé-en-Belin. Le dirigeant s’inquiète pour ses joueurs. " Regardez comme le terrain est dur et sec. Les jambes et les mollets souffrent à l’entrainement. J’ai bien peur que certains ne puissent pas débuter le championnat à cause de blessures ."

 Dérogations pour les clubs professionnels

Cette pelouse n'a pas été arrosée depuis le 25 juillet ! Les clubs professionnels ont eu le droit à des dérogations. Une faveur refusée aux clubs amateurs situés dans les régions placées en rouge pour l'alerte sécheresse. Et arroser un terrain de sport, ce n'est pas du goût de tout le monde en cette période de pénurie d’eau.

Aujourd'hui, le constat est clair : les pelouses sont totalement sèches. Le synthétique serait  l'avenir ? Mais en Pays de la Loire, toutes les communes ne sont pas logées à la même enseigne.

Avec 140 terrains synthétiques, c’est la Loire-Atlantique qui en a le plus dans notre région. La Vendée et le Maine-et-Loire en ont chacun 45. La Mayenne et la Sarthe sont très en retard par rapport aux autres départements.

 Un terrain synthétique coûte entre 800 000  et 1 million d'euros

Un terrain  synthétique coûte très cher, entre 800 000 et un million d’euros. Tous les clubs n'ont évidemment pas ce budget. Même s'il existe des aides régionales et départementales ou bien de la Ligue de football." On est le seul sport qui aide. On affecte une subvention de 25 000  euros pour la  construction d’un terrain  synthétique, ce  qui n'est pas négligeable" , répond Didier Esor, le Président de la Ligue de Football des Pays de la Loire.

Lueur d'espoir pour les clubs de la région: la pluie est attendue ce dimanche.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité