Témoignage. Le combat de Jean-Baptiste Roussel : survivre à un AVC et redonner un sens à sa vie

Publié le Écrit par Johann Pailloux et Murielle Dreux

À 49 ans, Jean-Baptiste Roussel a été victime d'un accident vasculaire cérébral. Il raconte sa longue reconstruction dans son livre "AVC... Prêts ? Repartez !"

8 octobre 2021. Le premier jour du reste de la vie de Jean-Baptiste Roussel, 49 ans.

Ce soir-là, ce directeur des ressources humaines, féru de course à pied, fête les 17 ans de l’un de ses quatre garçons à la maison. "J’ai eu mal à la tête toute la journée et quelques picotements dans la joue. Je suis allé me coucher et peu de temps après, je me suis retrouvé paralysé du côté droit avec des vertiges et des vomissements. Je suis tombé, mais j’ai gardé connaissance". Devant les symptômes, son épouse a le réflexe salvateur d’appeler le 15, qui arrive rapidement. Le diagnostic tombe : c’est un accident vasculaire cérébral.

Pour un AVC, il faut aller très vite afin de dissoudre le caillot de sang qui s'est formé dans le cerveau et bloque le flux sanguin.

Jean-Baptiste Roussel

victime d'un AVC

VITE, c’est d’ailleurs l’acronyme qui permet de reconnaître les signes d’un AVC : V comme Visage paralysé, I comme Impossible de bouger un membre, T comme Trouble de la vue ou de la parole, E comme Éviter le pire en composant le 15. L’AVC est une course contre-la-montre : plus la prise en charge est rapide, moins les séquelles sont importantes.

Une rééducation physique et psychologique

Jean-Baptiste a passé dix jours en soins intensifs, puis deux mois en rééducation à l’hôpital avant de poursuivre à la maison. Une rééducation à la fois physique et psychologique qu’il décrivait dans un carnet de bord pour l’expliquer à ses proches. "C’était une façon de faire ressortir mes impressions, mes ressentis". Puis de ses notes, il en a fait un livre "AVC, prêts ? Repartez !".

"L’AVC, c’est comme une coupure de courant dans votre cerveau qui ne fait plus le lien avec certaines fonctions musculaires, explique Jean-Baptiste. Vous récupérez progressivement un certain nombre de fonctions, mais ça ne se fait pas naturellement. Cela nécessite des exercices, de kinésithérapie notamment. Les symptômes peuvent être invisibles, comme la fatigabilité. Vous avez moins de résistance à la concentration, au bruit".

"Je suis le même, mais je suis différent"

Personne n’est à l’abri de faire un AVC, même si cela touche davantage les personnes âgées et qu’il existe des facteurs de risque : hypertension artérielle, tabac, obésité abdominale, diabète et sédentarité.

C’est un accident, un coup d’arrêt, mais la vie continue.

Jean-Baptiste Roussel

victime d'un AVC

Jean-Baptiste s’investit désormais dans la prévention, comme dans le cadre de la journée mondiale de l’AVC, le 29 octobre, ou de l’opération " Ensemble contre l’AVC" qui a lieu chaque année au printemps. Il s’agit de sensibiliser le plus grand nombre et de récolter des fonds pour aider à prévenir et lutter contre cette pathologie qui laisse des traces. Six mois après son AVC, Jean-Baptiste pouvait reprendre le travail à mi-temps thérapeutique et depuis septembre à temps plein. "Je dis souvent : je suis le même, mais je suis différent".

► Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité