• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Tempête Xynthia : nouvelle enquête publique pour le plan de prévention des risques de La Faute-sur-Mer

À la Faute-sur-Mer ceux qui n'ont pas survécu à la tempête Xynthia ont pour la plupart lutté, parfois longtemps, avant de succomber à la noyade dans la nuit du 27 au 28 février 2010 ont indiqué les experts au troisième jour du procès aux Sables-d'Olonne / © Franck Perry / AFP
À la Faute-sur-Mer ceux qui n'ont pas survécu à la tempête Xynthia ont pour la plupart lutté, parfois longtemps, avant de succomber à la noyade dans la nuit du 27 au 28 février 2010 ont indiqué les experts au troisième jour du procès aux Sables-d'Olonne / © Franck Perry / AFP

Le plan de prévention des risques d'inondation de La Faute-sur-Mer (Vendée), où 29 personnes avaient péri lors du passage de la tempête Xynthia en février 2010, fera l'objet d'une nouvelle enquête publique du 23 janvier au 3 mars, a indiqué vendredi la municipalité.

Par AFP - éditing Claude Bouchet

La station balnéaire n'est plus dotée depuis près de deux ans de plan de prévention, le tribunal administratif de Nantes ayant annulé le 29 janvier 2015 celui qui avait été approuvé deux ans et demi plus tôt par la préfecture de la Vendée. Le public est invité à prendre connaissance du dossier préalable à l'approbation du nouveau plan de prévention des risques naturels prévisibles littoraux de La Faute-sur-Mer et pourra formuler des observations, propositions et contre-propositions.

Ce dossier contient notamment une carte des zones constructibles, constructibles sous conditions ou inconstructibles, selon un avis de la préfecture diffusé par la municipalité. A l'issue de cette enquête, une commission rendra un rapport. Le nouveau plan de prévention, éventuellement modifié, sera approuvé par arrêté préfectoral.

Il y a près de sept ans, fin février 2010, la tempête Xynthia avait causé la mortde 47 personnes en France, dont 29 sur la seule commune de La Faute-sur-Mer.

L'ancien maire de la station balnéaire, René Marratier, avait été condamné le 4 avril 2016 par la cour d'appel de Poitiers à deux ans de prison avec sursis pour "homicides involontaires".

AFP

Sur le même sujet

Dimanche en Politique avec Jérôme Fourquet, auteur de "L'archipel français"

Les + Lus