Titouan Lamazou, premier vainqueur du Vendée Globe, de retour aux Sables-d'Olonne et Nantes

Le navigateur et artiste revient en Pays de la Loire pour présenter son nouvel ouvrage, coécrit avec sa fille : « Escales en Polynésie ». Il était de passage pour une séance de dédicaces aux Sables d’Olonne le 14 octobre, et le 15 à la librairie Coiffard à Nantes.

Cela faisait depuis 2012 qu’il n’était pas revenu aux Sables d’Olonne, ville d’arrivée du premier Vendée Globe dont il est le vainqueur. « Les gens m’ont connu comme navigateur en 1990 mais j’étais déjà depuis l’âge de onze ans un artiste », se rappelle Titouan Lamazou. Il a d’ailleurs été nommé en 2003, artiste de l’UNESCO pour la paix. Il est ce vendredi à Nantes pour une séance de dédicaces. 

Immersion dans les archipels polynésiens

Le célèbre navigateur est de retour en terre connue pour dévoiler son nouveau livre, cosigné avec sa fille Zoé Lamazou, journaliste et documentariste.

« Escales en Polynésie » (Ed. Au vents des îles) est un mélange d’images, des peintures de Titouan Lamazou, et de récits, ceux des Polynésiens et Polynésiennes que Zoé Lamazou a recueillis. L’artiste résume son ouvrage avec des mots simples : « La thématique de ce livre est la relation des polynésiens avec le vivant, la nature, en images et en écriture. Un mot nature qui n’existe d’ailleurs pas dans les langues océaniques tant c’est un pléonasme parce que l’humain appartient au vivant.»

Un ouvrage qui atteste, encore une fois, de son goût pour le voyage et la diversité de ce monde.

En 1990, Titouan Lamazou a bouclé le premier Vendée Globe en 109 jours 8 heures 47 minutes 55 secondes sur Ecureuil d'Aquitaine II. Le monocoque a été conçu par Luc Bouvet et Olivier Petit et construit par les Chantiers Capitaine Flint.

Le monocoque vainqueur pèse 11 tonnes, a un tirant d'eau de 3,9 m et une voilure de 235 m² au près, 475 m² au portant.

Trente ans plus tard, Yannick Bestaven, la vainqueur de l'édition 2020-2021 du Vendée Globe, a bouclé son tour du monde en 80 jours 3 heures 44 minutes et 46 secondes, après décompte du temps de compensation de 10h15 qui lui a été accordé par le jury, suite à son déroutage pour rechercher Kevin Escoffier sur PRB dans la nuit du 30 novembre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile livres culture peinture art