Vacances : une sélection de BD à lire sous le soleil exactement

Western, SF, témoignage, documentaire ou humour, voici rien que pour vous une petite sélection de bandes dessinées à glisser dans la valise la plus proche et à lire les doigts de pied déconfinés...

L'âge du seum

Nous sommes tous passés par là et si ce n'est pas encore le cas pour certains d'entre vous, ça ne serait tarder, l'adolescence, ce bref passage de l'enfance à l'âge adulte, souvent accompagné d'une flémagite aigüe, d'un rejet parental global, d'un langage codé, d'un seum (entendezs colères) permanent et d'une guerre des boutons à tendance nucléaire. C'est le sujet de ce livre de Marie Donzelli et Mademoiselle Caroline paru chez Delcourt. Et quand je dis sujet, je parle d'un spécimen extraordinaire, on jurerait une caricature, Laura de son prénom, collégienne de son état, en lutte permanente contre le monde entier, à commencer par ses parents. Adoleschiante, titre né d'une subtile contraction, raconte le quotidien d'une famille bercé par le doux ronronnement de la crise ado, avec humour bien sûr comme sait si bien le faire la scénariste Mademoiselle Caroline, auteure précédemment ET notamment des remarquables Chute libre, carnets du gouffre, Enceinte! C'est pas une mince affaire et La Différence invisible... 

Adoleschiante, de Marie Donzelli et Mademoiselle Caroline. Delcourt. 27,95€
Histoire d'une grossesse

Avant l'adolescence, il y a l'enfance, et encore avant, il y a... le stade foetal et la période embryonnaire, neuf mois à se la couler douce dans le ventre maternel, neuf mois forcément moins paisibles pour la personne à qui appartient le ventre. Dans ce roman graphique paru chez Casterman, l'autrice américaine Lucy Knisley raconte son parcours de jeune femme et de future maman, depuis l'apprentissage de la sexualité et de son corps jusqu'aux premières semaines du bébé. Un parcours qui n'a bien sûr rien d'un long fleuve tranquille, les joies sont nombreuses, les peines, les doutes et les douleurs aussi. Mais au-delà de son témoignage, de son expérience intime, Lucy Knisley nous offre une histoire à haute dose d'universalité, abordant la perception de la femme et de son corps à travers les siècles, les idées reçues sur la reproduction, les superstitions sur la grossesse... une approche aussi ludique que pédagogique, une mise en image inventive, simple et colorée, un livre à glisser entre toutes les mains !

Neuf mois et toi, de Lucy Knisley. Casterman. 19€
Dans les airs

Encore une histoire de femme, moins contemporaine celle-là mais peut-être bien en avance sur son temps. Son nom ? Bessie Coleman, une jeune métisse aux origines cherokee et afro-américaines qui se rêve aviatrice. Nous sommes dans les années 20 aux État-Unis, bien avant l'abolition de la ségrégation raciale, autant vous dire que rien ne se fait facilement pour elle. Qu'importe, elle devient aviatrice pour le compte de la pègre, transportant ici le comptable d'Al Capone, là quelques caisses de rhum. Avec sa peau à plutôt "vivre courbée dans les champs d'coton que d'jouer à saute-mouton dans les nuages", Bessie Coleman devient la première personne d'origine afro-américaine et amérindienne à détenir une licence de pilote. Black Squaw de Yann et Henriet revient sur sa vie de façon romancée mais documentée, le tout porté par un dessin et des couleurs magnifiques...

Black Squaw, de Yann et Alain Henriet. Dupuis. 14,50€
Dans les ruines de Berlin

Berlin, avril 1945. La ville n’est plus qu’un immense champ de ruine. Les derniers habitants sont prostrés dans les caves, il n’y a plus d’eau potable, plus d’électricité, plus de téléphone, plus de transports et plus de pain. Les enfants hurlent de faim, les adultes tremblent de peur. Et au milieu de tout ça, deux femmes, l’Allemande Ingrid et la Russe Evgeniya. La première a assisté impuissante à la chute de Berlin, la deuxième est arrivée dans les rangs de l’armée soviétique, avec la mission de reconnaître les restes d’Hitler. Une rencontre improbable qui donnera naissance à une amitié sincère dépassant les clivages nés de la guerre. Un récit fort et poignant qui aborde une thématique inhabituelle en BD et ailleurs à travers ces deux femmes, le tout avec une mise en images de caractère. Magistral ! 

Seules à Berlin, de Nicolas Juncker. Casterman. 25€
Histoire d'amour et de mort

Parler de la mort n'est pas chose facile, parler de la mort d'un enfant encore moins, et en parler à des enfants peut relever du défi. Carole Maurel et Loïc Clément l'ont relevé avec succès. Jeannot est un bijou de sensibilité, d'humanité, de tendresse et de poésie, un ouvrage qui s'adresse à la jeunesse mais pas seulement. Au centre du récit, Jeannot, un vieux monsieur solitaire et un brin maniaque qui communique avec les plantes depuis la mort accidentelle de sa fille. Jusqu'au jour où notre Jeannot fait la connaissance de Josette. Une rencontre un peu houleuse mais les deux finissent par s'apprivoiser et soigner leurs blessures respectives. L'interview de la dessinatrice ici

Les Contes des coeurs perdus, Jeannot, de Carole Maurel et Loïc Clément. Delcourt. 10,95€ 
Le monde dans l'objectif

Depuis Le Photographe, trilogie d'Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier parue aux éditions Dupuis entre 2003 et 2006, on sait que la bande dessinée se marie parfaitement avec la photographie. Preuve en est une nouvelle fois donnée avec ce roman graphique de JD Morvan au scénario, grand amateur de photographie, et Tristan Fillaire au dessin. L'album Stanley Greene, une vie à vif raconte la vie de l'un des plus grands photoreporters de l'après-guerre froide, par cinq fois primé au World Press Photo, il raconte aussi et surtout la violence de notre monde, d'une guerre à l'autre, d'une haine à l'autre, grâce à une intelligente intégration dasn le récit des photographies de Greene. De la Tchétchénie à l'Afghanistan, en passant par le Liban, le Soudan ou la Syrie, ce n'est pas vraiment une promenade de santé à laquelle nous convient les auteurs mais c'est assurément un regard lucide et différent posé sur notre monde.

Stanley Greene, une vie à vif, de JD Morvan et Tristan Fillaire. Delcourt. 18,95€
Un train d'humour

Ce devait être le coup du siècle et ce le fût ! Le train attaqué en plein désert roulait sur l'or, si on peut dire. Un joli magot que les deux frangins, Chris et Burt, imaginaient se partager. Mais faudrait-il encore se souvenir où ils l'ont planqué ce magot. Dans le désert, oui, mais où ? C'est tout le problème avec Chris, pas franchement un génie du braquage. La dernière fois, il a vomi au moment de passer à l'action, une autre fois, il s'est pointé au mauvais endroit. Cette fois, il a 78 pages pour retrouver le pognon mais, autant vous le dire tout de suite, l'affaire risque d'être compliquée. En attendant, Burt décide de faire cavalier seul... Beaucoup d'humour jusque dans le trait et dans la narration, ce deuxième épisode de ce qui est annoncé comme une trilogie est une belle réussite. 

Calfboy 2, de Rémi Farnos. La Pastèque. 18€
Sous les étoiles exactement

Tout est parti d'un serment qui tient en deux phrases. La première : "demi-tour interdit". La deuxième : "On ne regarde pas en arrière". Bon, me direz-vous, la distinction est mince mais pour la bande de garçons partis ce soir-là sur leurs vélos, ça voulait tout simplement dire : "on ne change pas d'avis. On continue d'avancer". Et d'avancer le plus loin possible, bien au-delà de ce que les parents autorisent habituellement. Et pour quoi faire ? Pour suivre les lampions déposés comme tous les ans sur la rivière à l'occasion de l'équinoxe. Selon la tradition, ces lampions s'envolent vers la voie lactée et deviennent des étoiles. De quoi vouloir le vérifier par soi-même... Un récit initiatique et fantastique où les ours rêvent de nager parmi les étoiles.

Le Serment des lampions, de Ryan Andrews. Delcourt. 24,95€
Dans le Japon d'après-guerre

Attention chef d’oeuvre ! Initialement publié entre 2013 et 2018 au Japon, Sengo débarque enfin en France sous les couleurs de Casterman. Trois volumes d’un coup ou presque, de quoi profiter pleinement de cette série qui a reçu en 2019 le grand prix de la Japan Cartoonist Association. Aux manettes, l’excellent mangaka Sansuke Yamada et côté histoire, un plongeon dans le Japon d’après-guerre, en ruine et occupé par les Américains. Il y est question de vie quotidienne, de survie devrait-on plutôt dire, de combine à deux balles, de misère totale, de sinistrose mais aussi d’amitié et d’espoir.

Sengo, de Sansuke Yamada. Casterman. 9,95€ le volume
Les vieux se rébifent

On termine avec un peu de science-fiction et beaucoup d'humour... noir. Bienvenue dans la France de 2056, une France gouvernée par Mohamed-Maréchal Le Pen, fallait y penser, une France qui a réglé le problème des vieux et en même temps des retraites en instaurant l'euthanasie civique pour les octogénaires qui auraient perdu leurs droits. Stéphane vient d'être radié de sa mutuelle pour des traces de nicotine dans les urines, il entre donc dans ce processus. Une seule solution pour y échapper : rejoindre la communauté des Néo-ruraux et accepter l'octofight, des affrontements de gladiateurs... Depuis Les Vieux fourneaux, le troisième âge est plutôt tendance en BD, Chico Pacheco et Nicolas Juncker nous offrent ici un récit d'anticipation qui pourrait finalement nous faire plus peur que marrer..

Octofight, de Chico Pacheco et Nicolas Juncker. Glénat. 12,90€
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
bande dessinée culture livres
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter