Coronavirus : pas de nouvelle dérogation pour la Cinéscénie du Puy du Fou pour le samedi 22 août

Publié le

Après la polémique nationale du week-end du 15 août liée à l'autorisation par le préfet de la Vendée d'augmenter de 5000 à 9000 spectateurs la jauge de la Cinéscénie du Puy du Fou, le préfet au vu de l'augmentation de la circulation du virus dans le département ne renouvelle pas cette autorisation.

Le préfet de la Vendée s'appuye désormais sur les données d'augmentation de la circulation du virus pour ne pas renouveler la dérogation demandée par le Puy du Fou pour le samedi 22 août : 

"Cette décision s’appuie sur la réévaluation de la situation sanitaire locale et nationale, les données les plus à jour confirmant une dégradation qui s’accélère. Dans la mesure où la cinéscénie draine un public venu de l’ensemble du territoire national, ces éléments doivent nécessairement être pris en considération".

Les services de l'État précisent encore que : "la préfecture de la Vendée et le Puy du Fou vont travailler à l’adaptation du protocole qu’appelle l’évolution de la situation sanitaire, pour les futures demandes de dérogation".
 

Deux fois déjà

Le préfet de la Vendée avait attribué une dérogation relative à la jauge maximale de 5000 spectateurs pour la Cinéscénie du Puy du Fou du 15 août dernier. Cette dérogation avait créé une polémique nationale, acteurs des métiers du spectacle, comme politiques, faisant valoir "un passe-droit" présidentiel. Emmanuel Macron comme Roseline Bachelot la ministre de la Culture s'en sont défendus.

Le préfet s'appuyait la semaine passée, pour justifier sa dérogation, sur la relative faiblesse des transmissions du covid-19. Au moment même où l'Agence Régionale de Santé (ARS) alertait sur la reprise de l'épidémie dans les Pays de la Loire.
  Déjà en juillet la Cinéscénie du Puy du Fou avait créé la polémique en accueillant 12 000 personnes, un public réparti en 3 tribunes séparées par des panneaux de plexiglas.