Coronavirus : les préfets durcissent les mesures de confinement dans les Pays de la Loire

© France Televisions - Damien Raveleau
© France Televisions - Damien Raveleau

Le conseil de défense réuni par le Président de la République ce vendredi 20 mars fait le constat que les français ne respectent pas assez les mesures de confinement demandées pour faire face au coronavirus, les préfets sont chargés d'aggraver les interdictions de circulation.

Par Fabienne Béranger

"Nous sommes au constat malheureux d’une absence d'assimilation des indispensables et désormais vitales mesures de précaution pour réduire au strict minimum les contacts physiques." La note diffusée ce soir par les préfets fait ce constat inquiétant.

"Le respect des consignes de confinement étant absolument primordiales pour ralentir la propagation du virus, les forces de l’ordre veilleront à ce que ces dispositions soient scrupuleusement respectées." Depuis le 17 mars 2020, 438 personnes ont été verbalisées en Maine-et-Loire par exemple.

Les préfets ont pris des arrêtés supplémentaires prenant effet dès le samedi 21 mars à 8h00 pour :
  • tout exercice de la chasse, de la pêche en eau douce ou de loisirs.
  • l’accès aux forêts domaniales et privés (à l’exception de l’exploitation forestière), les parcs et jardins publics, les aires de jeux.
  • l’accès aux plans d’eau, les bords de lac et des rivières, les sentiers de randonnée et les pistes
    cyclables
"La violation des règles de confinement est passible d’une amende forfaitaire de 135 € pouvant être majorée à 375 €"

Les préfets rappellent que le cyclisme de loisir comme la pratique de tout type de deux-roues qui aurait un objectif sportif ou de détente est d’ores et déjà interdit par l’obligation de ne pas s’éloigner de son domicile. En revanche ce mode de déplacement est autorisé pour les trajets domicile-travail ou des impératifs justifiés par l’attestation dérogatoire.
 

Les polices municipales habilitées à verbaliser

Les maires et leurs polices municipales sont habilités à dresser des contraventions sur la base des arrêtés préfectoraux et municipaux restreignant ces accès et usages. Des dispositions réglementaires vont être prises par le Gouvernement pour donner aux polices municipales des droits supplémentaires en la matière.
 

Les marchés alimentaires

Les marchés alimentaires sur l’espace public (extérieur et halles) ne sont pas interdits. Cependant, si les services constatent, dans les prochains jours, que des étals sont trop près les uns des autres et que les recommandations de distanciation entre les clients ne peuvent pas être respectées, les préfets seront amenés à prendre des mesures plus restrictives ou à les interdire. 

Sur le même sujet

Les + Lus