Hugues Fourage annonce l'abandon du projet de l'A 831, les élus régionaux voient rouge

Le député vendéen a annoncé vendredi 3 juillet l'abandon par François Hollande de la construction de cette autoroute, qui devait relier Fontenay-le-Comte et Rochefort.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Le député PS de Vendée, Hugues Fourage, a eu le rôle délicat hier de faire part de la décision de François Hollande.

D'après des sources officielles, l'élu affirme que le président a décidé d'abandonner la construction d'une autoroute de 62 kilomètres entre Fontenay-le-Comte, en Vendée et Rochefort, en Charente-Maritime, après 21 ans de tergiversations.  

La colère des élus

Hugues Fourage est le premier à "regretter " cette décision. Christophe Clergeau, premier vice président de la région, est "abasourdi" et parle, lui, d'une "erreur" qui freinera le développement et l'emploi en Vendée. Jacques Auxiette se dit "exaspéré" par la position du gouvernement. Quant à Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée, auteur d'un blog de soutien au projet, crie au scandale et parle "d'un coup de poignard dans le dos".

"900 millions d’euros pour 60 kilomètres"

En face de ces élus, des écologistes, décidés à sauvegarder le Marais poitevin, honoré l'année dernière du label de Parc naturel régional; et bien sûr, Ségolène Royale, ministre de l'Écologie et ancienne présidente du conseil régional de Poitou-Charentes. La ministre avait refusé de lancer le dossier de consultation des entreprises pour ce projet l'année dernière, devenant l'ennemie des pro-A 831. Elle avance, en dehors des raisons environnementales, des arguments économiques, « il n'est pas réaliste de mettre 900 millions d’euros dans 60 kilomètres. » Les élus locaux, eux, parlent d'un"caprice" de la ministre. Certains pensent porter l'affaire devant les tribunaux.