Coronavirus et confinement : en Vendée, ils ont trouvé refuge au camping

La plupart des campings auraient dû ouvrir ces jours-ci, aucune date n'est encore connue pour une éventuelle réouverture. Pourtant, ceux qui ouvrent à l'année ont encore quelques habitants : des naufragés du confinement, qui auraient pu plus mal tomber.

Francis et Véronique sont confinés dans un mobil-home en Vendée
Francis et Véronique sont confinés dans un mobil-home en Vendée © France Televisions
Francis et Véronique attendent depuis l'hiver dernier dans ce mobil-home à Saint-Vincent-sur-Graon, au sud de La Roche-sur-Yon, que leur nouvelle maison soit construite. Avec le confinement, les travaux ont pris du retard.

Les voici coincés dans 30m² encore pour plusieurs mois, sans pouvoir sortir pour leur activité professionnelle. 

"C'est un peu compliqué mais on s'est un peu habitué maintenant," dit Francis, "oui, on s'y habitue, répond Véronique, pas d'espace, mais le ménage, comme vous le voyez, il est très vite fait"

Il n'y a pas de jardin, pas de bricole, on ne peut pas bricoler, on n'est pas chez nous - François, locataire confiné en mobil-home

Dans le mobil-home voisin, Gaël et sa famille, nouveaux venus en Vendée. Ils s'apprêtaient à visiter des logements, mais le confinement a fermé les agences immobilières, compliqué les déménagements alors, ils ont atterri là...

"Aujourd'hui on ne peut plus se mettre en location dans les camping, on est arrivé juste avant, c'est ça qui nous a sauvé la mise dit Gaël, ça s'est fait un peu sur le tard mais on n'a pas le choix de toutes façons, alors on ne se pose pas trop de questions".

Dans ce camping, une quinzaine de bungalows sont occupés. Des situation d'urgence, des travailleurs venus parfois de l'étranger. Aucun espace commun, sauf la laverie, désinfectée 3 fois par jour.

Pour Philippe, le propriétaire, c'est une manière de sauver l'année, car il ne croit pas à une réouverture cet été.

"Je suis sûr que la partie camping traditionnel, ce sera zéro parce que je ne sais pas comment gérer les blocs sanitaire, dit-il, pour la partie mobilhome, on est sur des habitats séparés donc je pense que c'est jouable. on n'aura, je pense, que la partie lingerie. Il reste toute la partie festive, toute la partie aquatique, où là, pour le moment, je n'ai pas de réponse"

Philippe n'a que peu de dettes sur le camping, ses clients sont au milieu des arbres.
Une situation en suspens... Ici tout le monde s'estime chanceux, en comptant sur un rapide retour à la normale. 

► Le reportage de notre rédaction
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter