La tempête Ciaran devrait toucher l'Île de Noirmoutier (Vendée) dans la nuit du 1er au 2 novembre. Avec des vents attendus jusqu'à 140 km/h, le pont reliant l'île au continent pourrait être temporairement fermé à la circulation. Les autorités demandent aux touristes d'écourter leur séjour sur l'île, même si aucune évacuation obligatoire n'est pour l'heure envisagée.

Ceux qui le souhaitent peuvent rester à Noirmoutier malgré la tempête Ciaran. Contrairement à ce qu’imaginaient Europe 1 et le Point mardi, l’île ne sera pas évacuée, assure Fabien Gaborit, président de la communauté de communes de l’île. Ce mercredi matin, l'élu pilotait une réunion de crise qui a réuni la plupart des services techniques, pompiers et gendarmes du territoire, ainsi que les maires des communes de l’île.

Pas d'évacuation obligatoire, donc, mais les autorités ont exhorté les touristes en vacances sur l’île cette semaine, à anticiper leur départ et à quitter Noirmoutier dès que possible.

Cette langue de terre située au nord-ouest de la Vendée pourrait être particulièrement exposée à ce phénomène météorologique venu d’Irlande, qui touchera les côtes françaises dans la nuit du 1er au 2 novembre. Placé en vigilance orange vagues et submersion dès 3h du matin ce jeudi, le département de la Vendée attend des vents jusqu’à 140 km/h sur ses côtes.

Répétition générale avant la tempête

La cellule de crise convoquée ce mercredi matin sonnait comme une répétition générale pour ceux qui auront à gérer les conséquences de la tempête la nuit suivante. Pour Fabien Gaborit, le président de la communauté de communes de Noirmoutier, c'était l'occasion de "revoir tous les protocoles". 

On vient d’essuyer la tempête Céline, on s’était préparés de la même façon, on a été réactifs sur les ouvrages de défense contre la mer parce qu’on s’était bien coordonnés au préalable. Là, on est plus sur un épisode de forts vents, alors que Céline était plutôt sur une atteinte de défense contre la mer. Je pense que c’est une bonne piqûre de rappel pour qu’on soit prêts si jamais on avait à intervenir cette nuit pour secourir l’ensemble de nos habitants.

Fabien Gaborit

Président de la communauté de communes de Noirmoutier

Vérifier les plannings d'astreinte des agents communaux, s'assurer que tout le monde connaît les numéros des téléphones satellitaires en cas de coupure d'électricité, vérifier où seront positionnés les secours, répondre aux interrogations des uns et des autres... Tout a été fait "pour avoir un PC opérationnel en cas de crise", assure l'élu.

Dans les quatre communes de l'île, des plans communaux de sauvegarde ont été déclenchés. Ces plans permettent aux municipalités d'intervenir plus rapidement en cas de crise, notamment grâce à la veille des élus locaux. 

Le pont de Noirmoutier pourrait fermer 

Au-delà du risque de submersion, il existe aussi un risque de chutes d’arbres sur les voies, mais aussi d'endommagement des toitures, des cheminées ou des véhicules. Les autorités appellent ceux qui choisissent de passer la nuit à Noirmoutier à faire preuve d’une grande prudence.

D'autant plus que sauf urgence vitale, il pourrait être impossible de quitter l'île une fois la tempête amorcée. Pour des questions de sécurité, si les vents dépassent 120 km/h, le pont qui relie l’île au continent devra être fermé à la circulation. Le passage du Gois étant impraticable à cause de la tempête, il sera donc impossible de quitter l'île par la route. 

Départs anticipés dans les campings 

Les recommandations des autorités locales ont été relayées par les campings et les hôtels locaux. Sur l’île, un seul camping, situé sur la commune de La Guérinière, est resté ouvert, mais son directeur a conseillé à ses clients de partir. "On a pris la décision de passer voir nos clients, on a 150-200 personnes sur le camping actuellement, donc on passe les voir pour leur expliquer la situation, qu'à partir de ce soir il va y avoir un gros gros coup de vent, donc qu'il est préférable que ces personnes rentrent chez elles ou quittent au moins l'île", explique Jérôme Ganuchaud, le directeur du camping Caravan'îles. 

De nombreux vacanciers restent malgré l'alerte 

Sur le marché de Barbâtre ce mercredi matin, les vacanciers étaient toujours présents. Comme de nombreux locaux, ils se sont précipités pour faire quelques provisions avant l’arrivée de la tempête.

"On fait des courses, on a pris de l’eau, on vérifie qu’on a des bougies et puis on va rester au chaud en attendant que ça passe", glisse une vacancière originaire de Bretagne, qui assure être habituée aux tempêtes et pouvoir s’abriter dans une maison. "On sait qu’il faut faire attention, ne pas sortir, et on va faire avec", ajoute celle qui espère pouvoir emprunter le pont jeudi dans la journée.  

"Nous, on s’est renseignés auprès de l’office hier, on nous a dit qu’il n’y a pas d’évacuation", lance une autre touriste croisée au marché. "On a une réunion au sein de la résidence de vacances où on est, alors on va aller se renseigner pour connaître les consignes de sécurité, mais c’est tout. On ne s’affole pas, on est en vacances… ", précise la touriste, qui n’a pas envie de renoncer à ses vacances en famille.

Des consignes de sécurité à respecter 

Pour se préserver de tout accident, la préfecture de Vendée a publié une liste de consignes à respecter.

Concernant le risque de vents violents, elle recommande de limiter ses déplacements, y compris en forêt, de rester chez soi, de fermer les portes et les fenêtres, de ne pas intervenir sur les toitures, de ne pas toucher à des fils électriques tombés au sol.

En ce qui concerne le risque de vagues et submersion, il est recommandé de ne pas se déplacer sur le littoral. Pour ceux qui vivent au bord de la mer, protégez vos biens susceptibles d’être endommagés par la montée des eaux ou emportés par les vagues, et surveillez la montée des eaux.

La sécurité civile recommande également à tout citoyen de se constituer un kit d'urgence, contenant notamment une radio avec des piles de rechange pour rester informé en cas de coupure de courant, ainsi que des bouteilles d'eau, de la nourriture sans cuisson, une trousse de secours, une couverture de survie, et tout autre objet qui puisse vous permettre de faire face à une situation d'isolement pendant la tempête. 

Carla Butting avec Quentin Carudel et Sophie Wahl

L'actualité "Météo" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité