La Roche-sur-Yon : 150 comptes bancaires ouverts à partir d'identités usurpées sur Le Bon Coin

Publié le
Écrit par Chloé Giraud

La Brigade des Affaires Financières a interpellé 3 individus à l'origine d'une vaste opération d'usurpation d'identités. Les malfaiteurs ont ouvert 150 comptes bancaires avec des documents récupérés sur Le Bon Coin envoyés par des personnes cherchant un logement ou un emploi.

Jeudi 10 décembre, trois personnes ont été déférées devant le juge d'instruction et placées sous contrôle judiciaire dans une affaire d'arnaque et d'usurpation d'identité sur le site Le Bon Coin.

Interpellés à La Roche-sur-Yon et à la gare de Nantes, ils sont soupçonnés d'avoir ouvert 150 comptes bancaires en ligne et usurpés 138 idenditées, à partir de documents envoyés par des particuliers sur le site de petites annonces, pensant répondre à une offre d'emploi ou de logement.

 

Une première plainte l'an dernier

Les premiers éléments de l'affaire arrivent sur le bureau de la Brigade des Affaires Financières en décembre 2019. Suite à une offre d’emploi sur un site de petites annonces, une femme adresse son relevé d'idendité bancaire et sa pièce d’identité à l'annonceur. Elle reçoit alors un chèque de 3 000 euros qu’elle est censée encaisser et virer ensuite sur un compte bancaire.

Or ce chèque est en opposition et n'est pas crédité. La victime dépose alors plainte.

Après investigation, les enquêteurs étudient le compte ayant été crédité et constatent que l’argent était viré sur autre compte bancaire ouvert en ligne. Depuis celui-ci, de nombreux retraits et virements sont effectués, pour une somme de plus de 50 000 euros.

 

Préjudice total : 1 388 000 euros

Les investigations des enquêteurs mettront au jour 150 comptes bancaires comme celui-ci, ouverts en ligne et servant à retirer des espèces et à faire des achats. Tous à La Roche-sur-Yon. Au total, le préjudice s'élève à 1 388 000 euros.

Des bien achetés avec des cartes bancaires frauduleuses et des bordereaux de transfert d'argent au Bénin ont été retrouvés chez les présumés arnarqueurs lors de perquisitions.