Golden Globe Race 2022. Seule la moitié de la flotte est encore en course au large de l'Australie

Naviguer à l'ancienne, le défi ne fait pas de cadeaux aux skippers de l'édition 2022 de la Golden Globe Race, lancée le 4 septembre dernier aux Sables-d'Olonne. Au 2 janvier 2023, seuls huit d'entre eux sont encore en lice après quatre mois de bataille en mer.

C'est sur les eaux australiennes que les marins de la Golden Globe Race (GGR) ont célébré le Nouvel An 2023. 

Trois skippers ont déjà passé l'étape de la porte de Hobart située dans la Storm Bay, baie de l'île australienne de Tasmanie. Ils se dirigent désormais vers l'océan Pacifique. 

Trio de tête

Après avoir franchi la porte de Hobart, Simon Curwen a repris la tête du classement, passant la pointe sud de la Nouvelle-Zélande avec une solide avance de presque 500 km.

Kirsten Neuschäfer, 2 ème, se débat dans les vents légers mais dispose d'une avance de 35 heures pour compenser le détour nécessaire au sauvetage du Finlandais Tapio Lehtinen mi-novembre. L'Indien Abhilash Tomy la talonne. 

L'Autrichien Michael Guggenberger s'approche de Storm Bay, tandis que Jeremy Bagshaw et Ian Herbert-Jones sont en queue de classement et naviguent entre le cap Leeuwin, au sud-ouest de l'Australie, et la porte de Hobart, au sud-est du pays.

Hécatombe de compétiteurs 

Quatre mois se sont écoulés depuis le départ de la course le 4 septembre aux Sables-d'Olonne. Huit compétiteurs ont abandonné.

Parmi les huit marins restants en mer, deux ne pourront pas prétendre au titre de vainqueur de la GGR.

Guy Waites a été relégué en classe Chichester après son escale à Cape Town et n'arrivera probablement pas à la porte de Hobart à temps. 

L'avancée de l'Américain Elliott Smith a aussi été contrariée par de multiples problèmes techniques. La houle lui a fait perdre plusieurs outils indispensables pour les réparations de son navire. Malgré sa persévérance, la porte de Hobart lui paraît hors d'atteinte. 

Je pense que je vais devoir m'arrêter là.

Elliott Smith

Skipper de la Golden Globe Race

Le classement actuel

  1. Simon Curwen (Royaume-Uni)
  2. Kirsten Neuschäfer (Afrique du Sud)
  3. Abhilash Tomy (Inde)
  4. Michael Guggenberger (Autriche)
  5. Jeremy Bagshaw (Afrique du Sud)
  6. Ian Herbert-Jones (Royaume-Uni)
  7. Elliott Smith (États-Unis)
  8. Guy Waites (Royaume-Uni) - relégué en classe Chichester

À l'assaut du Pacifique

L'aventure nautique se poursuit pour six marins qui prennent la route de l'océan Pacifique, direction le cap Horn tout au sud de l'Amérique latine. 

Les trois skippers en tête de la flotte ont déjà réalisé plus de la moitié de la course. Don McIntyre, fondateur de la GGR, ne donne personne gagnant mais suit de près ces compétiteurs acharnés. 

C'est une course passionnante avec trois bateaux différents, trois grands marins, tous dans le même système météorologique et tous avides d'être les premiers.

Don McIntyre 

Fondateur de la Golden Globe Race

"Mais s'il y a une chose que je sais, c'est que nous sommes encore loin des Sables-d'Olonne et que tout peut arriver", nuance-t-il. 

Voguer comme en 1968 

Les marins naviguent depuis plus de cent jours seuls face à la mer et ses imprévus, sans technologie moderne pour les guider. La Golden Globe Race est une course à l'ancienne, calquée sur la première édition en 1968. Les marins s'appuient uniquement sur des équipements de l’époque pour naviguer : sextant, carte en papier, chronomètre à remontoir…

Pas d'électronique, certes, mais pas non plus d'escale ou d'assistance, sous peine de finir la course en "Classe Chichester" (Golden Globe Race avec escale).

Lors de la dernière édition, la mer avait mis à rude épreuve les skippers et de nombreux abandons avaient été déplorés. Seules cinq personnes avaient relevé le challenge.