• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Golden Globe Race : qui est Jean-Luc Van Den Heede, vainqueur de la course ?

Jean-Luc Van den Heede à son arrivée de la Golden Globe Race aux Sables d'Olonne, le 29 janvier 2019 / © Franck Dubray - MaxPPP
Jean-Luc Van den Heede à son arrivée de la Golden Globe Race aux Sables d'Olonne, le 29 janvier 2019 / © Franck Dubray - MaxPPP

A (presque) 74 ans, le navigateur n'a peut-être pas l'aura d'un Le Cléac'h ou d'un Desjoyeaux aux yeux du grand public, pourtant le vainqueur de la Golden Globe Race 2018 est un sacré bonhomme.

Par Fabienne Béranger

Jean-Luc Van Den Heede a souvent joué les Poulidor. En 1986, il boucle son premier tour du monde, terminant 2e du BOC Challenge.

VDH, tel qu'on le surnomme dans le milieu de la voile, se classe ensuite 3e du Vendée Globe 1990, après 112 jours passés en mer.
Il termine 2e de l'édition suivante sur une coque délaminée qui lui fera dire  "je ne vais pas passer ma vie autour du globe".

Parfois les paroles s'envolent... Et les défis restent. Il tente par quatre fois de battre le record du tour du monde à l'envers. La dernière tentative sera la bonne : 122 jours 14 heures 3 minutes et 49 secondes, un record jamais égalé.

"Quand on a fait la première mini-transat, traversé l'Atlantique sur des 6,50m, on nous prenait pour des fous. Quand j'ai fait le premier Vendée Globe c'était exactement la même chose, on disait : ces gens-là sont fous" - VDH

Quatre fois circumnavigateur, Van Den Heede achète un Rustler 36 en août 2015, bateau avec lequel il veut prendre le départ de la Golden Globe Race 2018. Car le skipper rêve d'une course à l'ancienne, sans GPS, ordinateur ni assistance.

 

"Je n'ai pas peur, j'ai de l'anxiété"




"C'est sûr qu'il vaut mieux déjà avoir fait un tour du monde", nous confie-il au printemps dernier, "moi je sais où je vais et je sais ce que je vais rencontrer. Je n'ai pas peur, j'ai de l'anxiété. La peur c'est quand on ne domine plus le sujet"

Il remet son Rustler entièrement "à neuf pendant l’été 2016. Nouveau mat, nouveau gréement, nouveau moteur, nouvelles voiles, cloisons étanches, accastillage récent, j’ai tout fait pour rendre MATMUT le plus fiable possible car je suis bien conscient des problèmes qui pourraient survenir en 8 à 9 mois de mer", énumère-t-il avant son départ de la course le 1er juillet 2018.

Et des problèmes, VDH en connaîtra effectivement sur la GGR 2018. Début novembre, alors qu'il mène inlassablement la course, le mât de son Rustler est lourdement endommagé.
Le marin arrive à réparer mais doit utiliser son téléphone satellite. Une utilisation interdite dans la GGR qui lui vaut une pénalité de 18 heures infligée par la direction de course.

Cet arrêt ne suffira pas à son poursuivant direct Mark Slats pour refaire son retard.

C'est donc en vainqueur que Jean-Luc Van Den Heede a franchi la ligne d'arrivée ce mardi en milieu de matinée aux Sables d'Olonne,  après 211 jours 23 heures et 12 minutes passés en mer.



 

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus