La suspension de la pêche pendant un mois a-t-elle eu une incidence sur la mortalité des cétacés ?

Cet arrêt de la pêche dans le golfe de Gascogne avait été décidé suite au combat des associations de protection de la nature contre les captures accidentelles de dauphins dans les filets. A-t-il porté ses fruits ?

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les images déchirantes de cadavres de dauphins, se répètent des dizaines de fois par mois au large de nos côtes.

70 % de ceux que l’on retrouve échoués présentent des traces de filet de pêche.

Ces 15 derniers jours, 33 dauphins se sont échoués sur nos côtes de Loire-Atlantique et Vendée contre 4 en 2023, mais 92 en 2021 à la même période.

Difficile donc de tirer des conclusions sur les conséquences de l’arrêt de la pêche entre mi-janvier et mi-février cette année.

La météo explique en partie ce bilan mitigé : le vent d’ouest pousse les dauphins sur nos côtes quand le vent d’est, très présent l’an dernier, les en éloignent.

Pourquoi les dauphins s’approchent-ils si près de nos côtes ?

Les données d'un drone de surface, mais aussi les survols aériens, détiennent une partie de l’explication. Les proies des dauphins, habituellement situées au large des côtes, ont disparu à cause du changement climatique.

Les cétacés doivent plonger plus profond pour trouver de quoi se nourrir. Les bancs d'anchois et de sardines se situent désormais aux mêmes endroits que les filets des pêcheurs de sole en hiver.

"On a vu que la majorité des proies des dauphins étaient très proches du fond et que, parfois, elles formaient des bancs extrêmement denses qui pouvaient inciter les dauphins à plonger pour se nourrir près du fond dans la zone d'action des filets" précise ainsi Mathieu Doray,chercheur en écologie pélagique et halieutique à Ifremer, interrogé par nos confrères de France 2.

Une donnée qui doit permettre aux pouvoirs publics d’identifier d’autres options pour réduire ces captures accidentelles. Pour protéger les dauphins, l'interdiction de pêche d'un mois doit être reconduite en 2025.

Avec Fanny Borius et les équipes de France 2

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv