Les Sables d'Olonne : le canot de la SNSM n'est toujours pas opérationnel

La canot Jacques Joly amarré aux Sables d'Olonne le 29 novembre 2019 / © France Televisions - Fabienne Even
La canot Jacques Joly amarré aux Sables d'Olonne le 29 novembre 2019 / © France Televisions - Fabienne Even

Revenu à son port d'attache le 29 novembre dernier après trois mois de travaux chez son constructeur, le canot tous temps "Jacques Joly" est toujours à quai en raison de plusieurs pannes.

Par Fabienne Even

Immobilisé depuis janvier 2019, le canot "Jacques Joly" était revenu aux Sables d'Olonne le 29 novembre dernier après trois mois de réparation chez son constructeur à Carantec, dans le Finistère.

Inspecté par le directeur technique de la SNSM avant son départ, le bateau semblait en parfait état et venait de subir une vingtaine d'heures d'essais en mer. "Les travaux sur la partie structure et sur les lignes propulsives ont permis d’éliminer le problème des vibrations. On retrouve aujourd’hui un bateau qui navigue convenablement", expliquait, serein, le directeur technique.

Mais après 6 heures de navigation entre le Finistère et les Sables d'Olonne, l'équipage avait constaté un certain nombre de pannes électriques. Si certaines ont pu être réparées sur place, il reste aujourd'hui des défauts majeurs, explique Christophe Monnereau, directeur de la SNSM des Sables-d'Olonne.

"Le bateau est confronté à des problèmes électriques, hydrauliques et électroniques. J’ai dû le rendre indisponible pour des problèmes de barre notamment", s'agace Christophe Monnereau qui se retrouve sans bateau pour assurer les sauvetages en mer si nécessaire.

Le 9 décembre, le maire des Sables d'Olonne a aussi signifié son agacement dans un post facebook.
 

"En tant qu’élue, on ne peut que s’offusquer que ce bateau qui revient de chantier ne fonctionne pas comme il se doit, alors que des coups de mauvais temps sont annoncés en fin de semaine", s'insurge Florence Pineau, adjointe au maire des Sables d'Olonne.

"Notre ville a été marquée; depuis le 7 juin on a l’impression que c’est un cauchemar qui ne va jamais s’arrêter. Ce qu’on veut aujourd’hui c’est des réponses claires, un bateau qui fonctionne", conclue-t-elle.

Car tous ont à l'esprit le naufrage du canot "Jack Morisseau" le 7 juin dernier, un bateau ancien que les sauveteurs ont utilisé parce que le "Jacques Joly" était en panne. Trois sauveteurs bénévoles ont trouvé la mort lors de ce drame.

Deux personnes de la direction technique de la SNSM sont attendues ce mercredi 11 décembre, pour diagnostiquer les pannes et évaluer les réparations à effectuer. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus