• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Les Sables d'Olonne : les sauveteurs de la SNSM devront se contenter d'un semi-rigide

Les sauveteurs de la SNSM à la cérémonie d'hommage le 13 juin 2019 aux Sables d'Olonne / © Olivier Quentin, France 3 Pays de la Loire
Les sauveteurs de la SNSM à la cérémonie d'hommage le 13 juin 2019 aux Sables d'Olonne / © Olivier Quentin, France 3 Pays de la Loire

Sans canot tout temps depuis le drame du 7 juin dernier, les sauveteurs des Sables d'Olonne attendent une nouvelle embarcation. Une alternative a été trouvée : ce sera un semi-rigide, a annoncé Xavier de la Gorce, le président de la SNSM.

Par Fabienne Béranger

Il avait promis dimanche dernier de trouver une "solution alternative", Xavier de la Gorce, le président de la SNSM a annoncé que la station de sauvetage des Sables d'Olonne serait provisoirement pourvu d'un semi-rigide, une embarcation qui peut naviguer jusqu'à 5 milles des côtes.

Depuis le naufrage du Jack Morisseau, le 7 juin dernier en pleine tempête Miguel, les sauveteurs de la SNSM des Sables d'Olonne réclamaient un nouveau canot tout temps.

La semaine passée, celui de l'île de Sein avait  été envisagé pour assurer l'intérim aux Sables avant que les sauveteurs vendéens ne récupèrent la SNS Jacques Joly, en maintenance depuis plusieurs mois.

Mais les sauveteurs bretons s'étaient opposés à cette décision, obligeant la présidence de la SNSM à trouver une nouvelle solution.
Ce semi-rigide en alu arrive d'Espagne. Les sauveteurs qui le piloteront seront "dûment formés par le pôle formation de Saint-Nazaire", a précisé Xavier de la Gorce à France 3 Pays de la Loire.

Un vedette de seconde classe pourrait également être mobilisée, en cas de besoin, sur certaines interventions. 

"Aujourd'hui on a une couverture de "tout temps" qui est faible puisque aujourd'hui c'est l'ile d'Yeu à plus de 30 milles ou la Cotinière, encore à plus de 30 milles", expliquait lundi midi dans notré édition régionale, David Bossard, l'un des sauveteurs de la SNSM des Sables, rescapé du naufrage du 7 juin dernier.

La réunion prévue mercredi à Audierne, dans le Finistère, est annulée. Une autre réunion est annoncée avant la mi-août aux Sables d'Olonne avec des sauveteurs de la station. Ils rencontreront des experts afin d'évoquer l'avancée des travaux sur le Jacques Joly, bloqué à quai pour des raisons techniques.

Sont attendus les résultats écrits des expertises. Une décision devrait être prise concernant la prise en charge des travaux du canot tout temps vendéen, notamment au niveau financier.
 

Le drame en pleine tempête Miguel


Les sauveteurs des Sables d'Olonne n'ont plus de canot depuis le naufrage du SNS Jack Morisseau, le 7 juin dernier au large des Sables d'Olonne en pleine tempête Miguel.

L'embarcation s'était retournée à quelques centaines de mètres de la côte alors que les sauveteurs étaient sortis en mer pour porter assistance à un marin-pêcheur en détresse.

Trois des sept sauveteurs à bord du Jack Morisseau étaient morts au cours de cette opération de secours. Le corps du marin-pêcheur avait été retrouvé deux jours plus tard sur une plage des Sables d'Olonne. 
Les trois sauveteurs décédés avaient été décorés de la Légion d'honneur à titre posthume lors d'une cérémonie d'hommage en présence d'Emmanuel Macron. Les quatre sauveteurs rescapés du naufrage avaient également été décorés.

La nation pleure trois de ses enfants morts en héros parce que leur engagement, le sens qu'ils avaient donné à leur existence était de sauver la vie des autres - Emmanuel Macron

Au cours de cette cérémonie, à laquelle 700 sauveteurs de la SNSM avaient assisté, le président Macron avaient salué les "héros français".

 

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus