Vendée Globe 2020, Armel Tripon dernier qualifié, les skippers de la course mythique autour du monde seront 33 au départ

Le 8 novembre prochain sera donné le départ du Vendée Globe 2020. Ils sont 33 skippers à être inscrits pour ce tour du monde à la voile en solitaire et sans escale.

Les voiliers IMOCA au départ du dernier Vendée Globe, le 6 novembre 2016.
Les voiliers IMOCA au départ du dernier Vendée Globe, le 6 novembre 2016. © Vincent Curutchet - DPPI - Vendée Globe
Tic tac, tic tac, l'heure tourne pour les skippers du Vendée Globe 2020 qui avaient jusqu'au mardi 1er septembre pour valider définitivement leur inscription.

Le skipper espagnol Didac Costa n'a finalisé ses 2 000 milles de qualification que samedi dernier. Le Vendéen Sébastien Simon, lui, a validé son inscription dimanche au terme d'un parcours qui l'a mené de Port La Forêt à la Corogne et les Açores avant une remontée vers le Golfe de Gascogne, la Gironde puis un retour à Port-La-Forêt.

Quant à la paire Nigon-Giraud, le premier a prêté son Imoca au second après l'incendie qui a ravagé le bateau de Clément Giraud, en novembre dernier. En juillet dernier, Clément Giraud expliquait à nos confrères de Voiles et Voiliers qu'il lui restait à trouver le budget, 250 000 à 350 000 euros, tout en se fixant une date limite, celle du 1er septembre, date limite de la validation des inscriptions.

Il devait également obtenir une dérogation de la part des organisateurs de la course car il est normalement interdit de prendre le départ du Vendée Globe avec un bateau différent de celui avec lequel on s’est inscrit.

Cette dérogation lui a été accordée par l'organisation du Vendée Globe pour "motif exceptionnel".

Autre dérogation, celle accordée à Armel Tripon. Après son avarie sur la Vendée Arctique, le skipper avait le droit de la part de l'organisation du Vendée Globe de boucler ses milles qualificatifs pour le 15 septembre au plus tard. Le skipper nantais, qui était en mer depuis une semaine pour une boucle de La Trinité-sur-Mer vers les Açores avant une remontée vers l'Irlande puis retour à La Trinité, vient tout juste de finaliser sa qualification.

 

"Je pense que le départ ne va pas être le meilleur moment de ma course"

La situation est plus confortable pour Isabelle Joschke qui est qualifiée depuis la Vendée Arctique partie des Sables d'Olonne début juillet.  Il reste désormais deux mois à la skippeuse de MACSF pour se préparer au jour J.

En ligne de mire, le 8 novembre prochain, avec le départ donné à 13h02. "Je le vois comme un moment compliqué parce que c'est un très grand moment, dit Isabelle Joschke, j'en ai rêvé, je l'ai imaginé, en même temps, j'en ai vu des départs de Vendée Globe, je sais que c'est un moment avec beaucoup d'émotion, du stress".

Je garde les pieds sur terre, je pense que le départ ne va pas être le meilleur moment de ma course, dans le sens où ça va être un gros flot émotionnel

Isabelle Joschke, skippeuse de MACSF

"Il me faudra un temps d'adaptation avant de me dire: ça y est, je suis partie pour mon tour du monde", explique Isabelle Joschke.

Et n'allez pas croire que la navigatrice attend tranquillement le 8 novembre prochain. "On est dans les derniers préparatifs, on a validé plein de choses dans nos entrainements au printemps et au début de l'été, sur une grande navigation que j'ai faite au tout début janvier, et lors de la Vendée Arctique explique-t-elle, maintenant on finalise, on est dans le peaufinage aujourd'hui".

Reste aussi à la skippeuse une autre course, le Défi Azimuth dont le départ sera donné le 9 septembre prochain. "Du coup, on est en préparation-entrainement cette semaine, la semaine prochaine en régate, la suivante de la représentation et du repos", énumère-t-elle, "et après il nous reste trois semaines avant de partir aux Sables d'Olonne. Là je suis déjà en train de préparer mes sacs, les vêtements, l'avitaillement. J'ai déjà un pied dedans".


► La liste des inscrits au Vendée Globe 2020
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile mer