Vendée Globe 2020 : Fabrice Amedeo est reparti des Sables-d'Olonne ce mardi soir

Fabrice Amedeo, le skipper de Newsrest a repris la mer mardi. Le skipper a connu un problème sur une pièce d'accroche de voile d'avant mais il y avait aussi "une petite fissure en haut du mât", des réparations qui ont pris plus de temps que prévu.
Fabrice Amedeo de retour au ponton aux Sables d'Olonne, le 9 novembre 2020
Fabrice Amedeo de retour au ponton aux Sables d'Olonne, le 9 novembre 2020 © France Televisions - Damien Raveleau
Malgré le confinement, plusieurs dizaines de sablais ont accompagné le skipper dans sa redescente du chenal.  

Quelques heures après avoir pris le départ du Vendée Globe 2020, Fabrice Amedeo, le skipper de Newsrest-Art & Fenêtres, a été contraint de rebrousser chemin vers Les Sables-d'Olonne en raison "d’un problème de hook (pièce d’accroche) de voile d’avant et qui l’empêche d’affaler son gennaker". 

"En voulant rouler mon grand gennaker, l'une des plus grandes voiles du bateau, je n'ai pas réussi à décrocher la voile, "déhooker",
a-t-il raconté ce lundi matin de retour au ponton, c'est un peu une malédiction car c'est un problème qui m'est arrivé il y a 4 ans dans les mers du sud et j'avais dû monter à 800 milles de la Tasmanie.

Là, monter au mât la première nuit, de nuit avec un front qui arrivait ce n'était vraiment pas raisonnable

Fabrice Amedeo

Alors qu'il était à environ 50 milles nautiques de la cité sablaise, Fabrice Amedeo a dû remonter au près pour rentrer à Port Olonna. "L'incident est survenu dans du vent qui n'était pas du vent forcissant donc ça m'a permis de rentrer en toute sécurité aux Sables d'Olonne avec ma voile d'avant qui était roulée".
Fabrice Amedeo de retour au ponton aux Sables d'Olonne, le 9 novembre 2020
Fabrice Amedeo de retour au ponton aux Sables d'Olonne, le 9 novembre 2020 © France Televisions - Damien Raveleau

L'équipe du skipper évoquait dimanche soir un problème "bénin mais pénalisant", mais c'est en fait "un problème bien plus grave qu'un problème de hook puisqu'il y a une petite fissure en haut du mât, à la sortie de la drisse (le cordage qui sert à hisser la voile)".

Les réparations étaient en  cours lundi matin. "Le team technique a travaillé non stop depuis le lever du jour pour nettoyer la sortie de drisse fissurée en tête de mât, et fabriquer une pièce de renfort, comme un patch en carbone qui viendra renforcer la zone", précise le compte Twitter du skipper.


Une autre histoire à écrire

"Au début j'étais un peu abattu, nous a-t-il confié, c'est normal, tout ce travail pour se retrouver à quai quelques heures après le départ c'est un petit peu dur psychologiquement".

"La flotte va être très étirée dans les jours à venir, j'ai un bateau assez rapide qui va me permettre, normalement, de revenir dans un peloton",
a poursuivi le skipper qui reconnait que "c'est compliqué maintenant de se dire que je vais faire une belle place à l'arrivée".

Je suis parti avec une histoire en tête et maintenant c'est juste une autre histoire qu'il va falloir écrire

Fabrice Amedeo

"Je m'accroche à ce projet scientifique qui me donne une raison de faire le tour du monde puisqu'il y a des gens qui comptent sur moi et je me raccroche aussi à ma fierté et à mon instinct de compétiteur et l'envie de revenir sur la flotte", a -t-il expliqué. "Je vois plusieurs choses, la première c'est qu'on est quand même dans un contexte  très particulier, où il y a quand même beaucoup de gens qui souffrent et donc j'ai de la chance de vivre de ma passion et de faire de la voile, estime Fabrice Amedeo, je ne sauve pas des vies et donc je ne vais pas me plaindre, je ne vais pas pleurer sur le quai, c'est clair, il faut relativiser, c'est juste un fait de course".

Le skipper relativise également côté météo car mardi soir une dépression "assez costaud" attend la flotte, "avec le retard, si j'étais parti cet après-midi (lundi), je l'aurais eu au niveau du cap Finistère (l'extrémité nord-ouest de la péninsule ibérique), là ça aurait été beaucoup plus fort pour moi que pour le reste de la flotte".

"Il y avait une porte météo pour la flotte, moi je me retrouve derrière donc je vais avoir un début de parcours qui va être un peu laborieux mais cette porte risque de se refermer aussi pour les bateaux de queue donc ils ne vont pas me prendre beaucoup de milles quand je vais repartir".


Ce nouveau départ est annoncé pour ce mardi soir, "le temps de bien faire les choses". Selon les dernières prévisions, ce serait un départ "à 22h15, quand la marée le permettra". Dimanche 8 novembre, les 33 skippers du Vendée Globe 2020 ont dû attendre que le brouillard se dissipe au large des Sables d'Olonne avant de pouvoir s'élancer pour un tour du monde en solitaire et sans escale, dont le départ, initialement prévu à 13h02 a finalement été donné à 14h20.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile mer nature