Vendée Globe : le répit avant une nouvelle et troisième dépression tropicale


Ils sont en mer depuis plus de trois jours, après les casses de certains bateaux, la météo permet aux skippers de souffler un peu. Jean Le Cam mène la flotte.
Le départ du Vendée Globe au Sables-d'Olonne le 8 novembre 2020
Le départ du Vendée Globe au Sables-d'Olonne le 8 novembre 2020 © Jean-Marie Liot/Alea
Le répit après la tempête, Jean Le Cam est en tête de course, mais plus à l’ouest, un quatuor a accéléré dans la nuit, il est composé de Thomas Ruyant, Charlie Dalin, Alex Thomson, Kevin Escoffier. Une nouvelle et troisième dépression tropicale au sud des Açores, va croiser leur route.

Jérémie Beyou lui, fait toujours route vers Les Sables-d'Olonne et Louis Burton a effectué sa pénalité dans la nuit pour avoir franchi la ligne de départ trop tôt, dimanche dernier, aux Sables-d’Olonne.
 
Position des bateaux du Vendée Globe, ce jeudi 12 novembre 2020 à 9h10
Position des bateaux du Vendée Globe, ce jeudi 12 novembre 2020 à 9h10 © Capture d'écran / Vendée Globe

Les skippers nous expliquent leurs ressentis de course, lors de la vacation de 5h, ce matin.

Stéphane Le Diraison ne joue pas forcement la victoire, mais il souhaite aller au bout d’un rêve fou : boucler un tour du monde à bord d’un IMOCA.
"Je vais bien, il y a beaucoup de choses à faire tout le temps… Je commence à réaliser maintenant que je suis bel et bien parti pour un tour du monde. nous explique-t-il. J’ai fait le choix de cette route et je ne suis pas le seul à avoir choisi cela, car je voulais préserver le matériel, c’est quatre ans de préparation et je ne voulais pas prendre de risque dès la deuxième nuit de course à affronter des vents forts au près. La suite, ça va être bien compliqué encore, on le savait avant de partir, il y a une succession de dépressions à contourner, pendant trois jours… C’est une nuit, toute calme, la mer est basse, cela fait du bien."
 
Time For Oceans, skipper Stephane Le Diraison (FRA) au départ de la course aux Sables d'Olonne le 8 novembre 2020
Time For Oceans, skipper Stephane Le Diraison (FRA) au départ de la course aux Sables d'Olonne le 8 novembre 2020 © Yvan Zedda/Alea

Et du repos, pour être en forme, c’est nécessaire. Les skippers vont devoir affronter une nouvelle météo difficile, une forte dépression tropicale avec des vents de 60 nœuds.

Manuel Cousin, Groupe Sétin, skipper de 53 ans : "C’est parti sur un rythme assez soutenu, c’est un rythme qui ressemble plus à une course de 15 jours qu’à un Vendée Globe" dit-il lors de la vacation radio.
 Charlie Dalin, le skipper d'Apivia, en vacation radio ce matin : "On est tous à peu près au même endroit. La nuit dernière, c’était un peu compliqué. Tant mieux que les choses se passent bien pour moi, pour l’instant, je n’ai pas beaucoup de soucis, j’ai trouvé mon rythme entre avancer vite et préserver le bateau." 

Pourvu que ça dure ! J’essaie de trouver mon rythme, entre avancer vite et préserver le bateau, décomposer les manœuvres pour éviter les risques. Depuis le début, on est dans des conditions particulières, on n’a pas encore pu exploiter le potentiel des foilers.

Charlie Dalin, le skipper d'Apivia


Charlie Dalin réagit également à l’avarie de Jérémie Beyou : "À propos de l’avarie de Jérémie Beyou, je suis bien placé pour connaître l’engagement que nos projets impliquent pour le skipper, l’équipe, les partenaires... Ce sont des années de travail, de réflexion et c’est sûr que c’est quelque chose qu’on ne peut souhaiter à personne. Ça m’a mis une boule dans le ventre quand j’ai appris la nouvelle. Je suis vraiment de tout cœur avec Jérémie et son équipe."Le retour au port des Sables-d'Olonne de Jérémie Beyou est estimé à vendredi soir. Il doit alors réparer son bateau avant la fermeture officielle de la ligne de départ le mercredi 18 novembre à 14h20.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vendée globe sport voile