Voile : Les skippers de la Vendée Arctique de retour aux Sables d'Olonne ce jeudi 23 juin, ils remonteront le chenal à partir de 11 heures

Publié le Mis à jour le

La course n'a pas été à son terme. La faute à une météo exécrable, les skippers n'ont pu faire le tour de l'Islande comme initialement prévu. La compétition a été stoppée.

On s'attendait à voir revenir les premiers "finishers" de la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne la nuit prochaine. Ils s’offriront finalement une remontée de chenal ce jeudi 23 juin. La marée permettra aux IMOCA de passer entre 11h et 16h30.

Onze bateaux devraient s’amarrer sur le ponton du Vendée Globe qui sera ouvert aux spectateurs.

C'est Charlie Dalin, le skipper havrais, qui remporte cette 2e édition. Il est attendu à partir de 11 heures ce jeudi 23 juin aux Sables d'Olonne.

La remontée du chenal se fera par ordre de classement. Le vainqueur Charlie Dalin (APIVIA) sera ainsi le premier à s’engager. Suivront Jérémie Beyou (Charal), à 11h10, et Thomas Ruyant (LinkedOut), à 11h20.

Pour les suivants, l’entrée dans le chenal se fera selon les consignes de la Direction de course. Les autres skippers attendus vendredi sont Louis Burton (Bureau Vallée), Alan Roura (Hublot), Benjamin Dutreux (Guyot Environnement – Water Family), Giancarlo Pedote (Prysmian Group), Damien Seguin (Groupe APICIL), Louis Duc (Fives - Lantana Environnement), Arnaud Boissières (La Mie Câline) et peut-être Benjamin Ferré (Monnoyeur – Duo For A Job), s’il arrive à temps pour s’engager dans le chenal avant 16h30.

Du fait de leur important tirant d’eau (4,50 mètres), les IMOCA ne peuvent en effet pas passer à toute heure de la marée.

 Un parcours modifié, puis réduit

La météo a joué de drôles de tours à la flotte et à l’organisation de la Vendée Arctique – Les Sables d’Olonne.

Le tour de l’Islande, qui s’annonçait à la fois comme le temps fort de la course et comme une grande première, aucun IMOCA n’étant jamais monté jusqu’au cercle polaire arctique en course, paraissait réalisable le jour du départ, le 12 juin, et même dans les heures qui ont suivi.

La météo s’est dégradée progressivement. La dépression qui circulait autour de l’Islande a pris tant d’épaisseur qu’elle a fini par ressembler à une menace directe pour les skippers. Les orientations des vents et le gonflement de vagues ont convaincu la direction de course d’abandonner le tour de l’Islande.

La porte virtuelle dessinée avant la course à hauteur de la pointe la plus orientale de l’île est devenue la marque à parer, avant le retour dans des contrées moins rudes via un point virtuel dans le centre de l’Atlantique.

Puis, dans la nuit de vendredi à samedi, alors que le leader Charlie Dalin était en approche de la porte, l’organisation a décidé d’arrêter la course à cette porte, afin de permettre aux solitaires de se mettre à l’abri une fois la ligne d’arrivée franchie.

"Nous savions les changements de météo rapides et brutaux dans la région, mais nous avons eu le plus fort de ce que nous pouvions redouter. Sincèrement, ce que tous ont vécu sur les 1500 milles environ de la montée vers l’Islande – la difficulté de la navigation, le combat pour mener le bateau, la résistance aux forts éléments - représente une impressionnante mise en condition pour un Vendée Globe ", a déclaré Francis Le Goff, directeur de course.

Charlie Dalin sur APIVIA signe sa deuxième victoire consécutive en solitaire dans cette saison IMOCA, après son succès sur la Guyader Bermudes 1000 Race en mai dernier. Le skipper havrais enregistre sa cinquième victoire depuis son entrée dans la classe des monocoques de 60 pieds après la Transat Jacques Vabre 2019 (en double avec Yann Eliès), la Rolex Fastnet Race 2021 (en double avec Paul Meilhat) et le Défi Azimut 2021 (en double avec Paul Meilhat).

La Vendée Arctique-Les Sables d’Olonne était la première des cinq courses qualificatives au Vendée Globe 2024.