Cet article date de plus de 5 ans

Vendée : des agriculteurs réunis en coopérative pour gérer leur propre abattoir

Des éleveurs en photo sur des barquettes de viande. A côté, un slogan : "Nous, éleveurs, nous garantissons la qualité de nos viandes." Une marque "Vent d'éleveurs".
La marque a fait sa toute première apparition au salon de l'agriculture de Paris, de cette année. "Vents d'éleveurs" n'a pas encore un an d'existence mais les retours sont positifs pour Covia, l'abattoir vendéen installé Challans. 
Lancée au mois d'août 2015, la marque de l'abattoir Covia semble séduire les consommateurs de plus en plus sensibles à la qualité et à la provenance des produits qu'ils mangent. En flachant le QR code sur la barquette, le consommateur découvre la photo de l'éleveur, sa façon de travailler et la traçabilité de la bête.

de la fourche à la fourchette

En rachetant l'abattoir de Challans en 2010,en coopérative, les 300 agriculteurs adhérents ont voulu maitriser toute leur filière, de l'abattage à la commercialisation, "C'est simple ! C'est de la fourche à la fourchette !" se plait à dire Christian LUCAS, agriculteur et Président de la Coopérative Covia - Vendée Loire Viandes.
Avec leur marque vendéenne, ils veulent défendre leur bifteck en valorisant leurs animaux dont leur poids (inférieur) les classe en viande "standard". 
Et  dans cette démarche de transparence et de qualité, les agriculteurs sont aussi gagnants. L'animal est acheté par l'abattoir 50 ctms d'euros plus chers soit un gain de 200€ par bovin en moyenne.

reportage : E. SOULARD, D. RAVELEAU, P.-E. CALLY, P. COSSET - montage : M.-C. GEORGELIN
durée de la vidéo: 01 min 54
coopérative abattoir ©France 3 Pays de La Loire

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
salon de l'agriculture agriculture économie viande halal société alimentation agriculteurs en colère