Vendée : le groupe Fleury Michon affiche une baisse importante de ses résultats au 1er semestre 2020

Impacté par la crise du secteur aérien lui-même bousculé par le contexte sanitaire, le groupe vendéen Fleury-Michon, spécialiste de la charcuterie et des plats préparés affiche un résultat net négatif de plus de 13 millions d'euros pour le premier semestre 2020.
Fleury Michon victime de la crise du secteur aérien.
Fleury Michon victime de la crise du secteur aérien. © Maxppp Eddy LEMAISTRE
Quand une bonne nouvelle en cache une plus mauvaise.

Dans un communiqué détaillant ses résultats pour le premier semestre 2020, le groupe Fleury Michon basé à La Meilleraie-Tillay, près de Pouzauges en Vendée, annonce un chiffre d'affaires en hausse de 8 % par rapport à la même période de 2019. Un résultat positif dû, explique la communication du groupe, à l'augmentation de la consommation de charcuterie et surimi pendant la crise du coronavirus.

Les ventes en grandes et moyennes surfaces ont bien marché au premier semestre 2020, en augmentation de 11,5 %. "Cette tendance (constatée au 1er trimestre) s'est confirmée au deuxième trimestre, note-t-on chez Fleury Michon, avec un effet volume globalement positif lié aux obligations de confinement. Les produits de charcuterie et de surimi ont enregistré en effet une forte demande en mars, avril et mai 2020."

Ce bon résultat s'explique également, selon Philippe Teisseire, le directeur administratif et financier de Fleury Michon, "par une relative stabilité des cours des matières premières, une meilleure maitrise des coûts logistiques et de production, et une réduction des coûts fixes."
 

Résultat net en baisse

Mais le chiffre d'affaire est une représentation du volume d'activité d'une entreprise. Son état de santé se mesure également à son résultat net.

Et là, le bilan du spécialiste de la charcuterie et des plats préparés est plus salé.

Pour le premier semestre 2020, Fleury Michon annonce un résultat net (pour un CA de 376,7 M€) en perte de 13,3 millions d'euros. 

"Le résultat net semestriel est cependant fortement dégradé par des éléments exceptionnels, reconnaît Philippe Tesseire, essentiellement des dépréciations d’actifs de l’activité catering aérien, et la baisse d’activité de notre joint venture en Italie Piatti Freschi Italia."

La hausse des ventes en GMS a permis de contrebalancer la baisse d'activité dans le secteur des plateaux repas vendus aux entreprises. Notamment en région parisienne, principale zone de clientèle où le télétravail a fait s'effondrer ce débouché. Même constat pour tout ce qui est événementiel (banquet, cocktails...). 

Tout cela est logique, on ne peut pas gagner sur tous les tableaux. S'il y a eu de la consommation à domicile lors du confinement, c'est qu'il y avait moins de monde dans les entreprises !

Le groupe vendéen doit aussi, effectivement, faire face à la crise du secteur aérien, gros client pour ses repas servis en cabine, mais aussi aux mauvais résultats de ses filiales à l'étranger où à la dépréciation de créances qu'il détenait.

"On peut trouver des débouchés différents pour les plats surgelés (auparavant destinés aux compagnies aériennes) envisage Philippe Teisseire, avec la restauration hors domicile, comme notre filiale le fait en Hollande avec l'Armée et les hôpitaux. On ne va pas recouvrer l'intégralité de notre chiffre mais en Hollande, cela représente 20 % de leur chiffre d'affaire."
 

Un avenir incertain

D'autre part, l'effet confinement est aujourd'hui passé et dès le mois de juin, la hausse constatée sur les ventes en grandes surfaces ralentissait. Quant au secteur aérien, Philippe Teisseire n'envisage pas de retrouver un niveau d'activité satisfaisant avant 2023/2024.

Compte-tenu de l'environnement économique national et mondial, Fleury Michon se garde bien de faire des annonces sur ses perspectives de résultats pour la fin de l'année 2020. Année déjà marquée par une condamnation à 14,7 millions d'euros par l'Autorité de la Concurrence pour entente sur les prix. Cette amende, même si elle devra être payée intégralement en 2020 (le groupe a fait appel de la décision) apparaîtra cependant dans les comptes financiers de 2019. 

Pas d'impact sur l'emploi

Tout cela aura-t-il un impact sur l'emploi ? Non, nous répond-on chez Fleury Michon qui emploie 3820 personnes dont 3398 en France (80 % dans l'ouest).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie industrie agro-alimentaire covid-19 santé société