Vendée : le projet Litoralis revu à la baisse

Vendée : le projet Litoralis revu à la baisse
A l'Aiguillon sur Mer, le projet Litorals est revu à la baisse. Ce projet financé par la Région des Pays de la Loire avait été lancé par la majorité précédente. La nouvelle majorité le trouvait trop couteux et réduit la voilure. Litoralis devait être un lieu pédagogique de sensibilisation aux problèmatiques du littoral. Intervenants : Bruno Retailleau, président Les Républicains du Conseil régional de la région Pays de la Loire ; Maurice Milcent, maire divers droite de l’Aiguillon-sur-Mer. - France 3 Pays de la Loire - Reportage : Christophe Amouriaux et Olivier Quentin. Montage : Nicolas Guilbaud.

À l'Aiguillon-sur-Mer, le projet Litoralis risque d'être plus petit que prévu. Ce projet financé par la Région, initié par la majorité précédente, est jugé trop coûteux par la nouvelle équipe. Litoralis devait être un lieu pédagogique de sensibilisation aux problèmatiques du littoral.

Par Valentin Pasquier

Avec un nom clinquant et un bâtiment épuré, Litoralis devait être un lieu pédagogique, retraçant l’histoire des côtes vendéennes et des intempéries qu’elles ont subi au cours du temps, notamment Xynthia.
 
Mais avec un coût de 11 millions d’euros, le projet est jugé trop onéreux par la nouvelle majorité régionale. Litoralis sera construit avec un budget plus réduit. En contrepartie, la Région donnera plus pour la construction de digues.
 
« La lecon de Xynthia, c’est la protection des risques, explique l’élu. Il faut être capable d’entretenir et d’aménager les digues. Et ça coûte très cher aux petites communes. Je leur ai dit que la Région allait davantage les aider pour protéger leurs populations avec les digues, puis faire un projet beaucoup plus raisonnable à l’emplacement de l’actuelle Litoralis »

Une aide bienvenue pour l'entretien des digues

Pour le moment, aucun budget n’a été communiqué pour ce projet low cost, mais l'aide de 2.8 millions d'euros promise pour les digues de protection est la bienvenue. Ce qui restait à la charge des communes plombait leur trésorerie.
 
« Malheureusement, malgré les subvensions, 30% [du coût d’entretien des digues] revient à la charge à la commune. 30% sur une seule digue, c’est bien, mais lorsque vous en avez trois ou quatre, ça fait une somme importante, » observe le maire de l’Aiguillon-sur-Mer, satisfait de la proposition du président de la Région.
 
Plusieurs aménagements - de loisir ou paysager - ont été réalisés depuis Xynthia pour redonner du souffle à ces communes, martyrisées par la tempête de 2010. Le projet Litoralis en fait partie, reste à le redéfinir sans le vider de son sens.

Sur le même sujet

Gesvre : une famille d'artistes hors norme les Poincheval

Les + Lus