VIDÉO. Marais breton vendéen, balade entre terre et mer

Publié le

Le marô comme on l'appelle aussi est un vaste territoire qui s'étend sur 45 000 hectares. Historiquement il marquait la limite entre le Poitou et la Bretagne.

Si vous êtes vadrouilleurs et amoureux de la nature, le marais breton vendéen est pour vous !  Cette zone humide est à cheval entre la Vendée qu'il recouvre à 90% et la Loire Atlantique. Un vaste territoire qui va de Villeneuve-en-Retz au Nord à Saint-Gilles-Croix-de-Vie au Sud.. Autrefois une baie, il a été gagné sur la mer au fil des siècles notamment grâce à des moines, ceux qui ont fondé au 12ème siècle l’Abbaye de l’île Chauvet, très beau point de départ pour notre balade.

Les moines ont construit des digues et assaini les marécages voisins en les transformant pour en faire de vastes prairies et marais salants. Aujourd’hui, le Marais breton vendéen est un formidable terrain de jeux pour les éleveurs et tous les passionnés de grands espaces !

Frédéric, un éleveur sentinelle

Frédéric Signoret est vendéen mais pas du marais. Il l’a découvert à l’âge adulte et s’est pris de passion pour la maraichine, une vache robuste, à longues cornes et typique du coin (qui  a bien failli disparaitre). Ses vaches broutent dans ces prairies de février à décembre (car a marée haute en hiver, ces prés se trouvent a 1m sous le niveau de la mer). Frederic a toujours voulu faire différemment son métier d’éleveur, plus en lien avec le vivant que les éleveurs traditionnels. Il s’est installé en 2003 avec sa famille. Au fil des années, il a convaincu d’autres agriculteurs de partager son projet. Un réseau s’est créé et désormais une vingtaine d’éleveurs font le choix de garder des prairies inondées et de favoriser le retour d’oiseaux et de la faune sur leur marais. Ça tombe bien Frédéric, ancien militant de la Ligue de Protection des Oiseaux qui se balade régulièrement dans le marais. 

 

Julie se balade dans le marais vendéen ©Les nouveaux jours

Le combat des pink ladies

A Sallertaine, une ancienne île au cœur du marais, vous aurez peut-être la chance de saluer et de discuter avec la sympathique équipe des "pink ladies" dont le club est basé ici. Ses courageuses pagayeuses reconnaissables à un tee shirt rose ont toutes le même objectif : pagayer contre le cancer du sein. A la tête de cette joyeuse équipe Jacqueline. Elle a décidé des se mettre à l'eau pour permettre à ces femmes de se reconnecter avec la nature mais aussi avec les autres.Ces balades sont l'occasion de faire un peu de sport, de sortir de l'isolement et de se faire du bien. 

durée de la vidéo: 03 min 47
Ces courageuses "pink ladies" ont toutes un objectif : pagayer contre le cancer. ©Les nouveaux jours

Notre leitmotiv c’est qu’il y a une vie pendant et après le cancer.

Jacqueline pink ladie

Un air de Bretagne dans le Maro

Au cours de votre pérégrination, du côté de La Garnache, ne soyez pas surpris si vous entendez le son d’une cornemuse !  Ici, elle porte le nom de veuze. C’est un instrument local, typique du pays Nantais, du Marais Breton Vendéen et du pays de Retz. Il était autrefois joué dans les cours des rois puis il a été utilisé pour animer les bals de noce ou les banquets. Apres 14-18, l’accordéon lui vole la vedette et le fait presque complétement disparaitre. Mais les joueurs qu’on appelle des sonneurs ne s’avouent pas vaincus et relancent la veuze grâce notamment à Thierry Bertrand facteur d’instruments anciens. Ce fils de tourneur sur bois a grandi dans le marais et c’est la veuze qui lui a donné envie de fabriquer ces instruments anciens. Un métier de passion dont il parle tel un historien. On compte aujourd’hui plus de 70 modèles de cornemuses en Europe et il faut de longues années d’abord de recherche et ensuite de travail pour réaliser ces pièces rares comme il l’explique à Julie dans son atelier :

durée de la vidéo: 03 min 53
Thierry Bertrand vit dans le marais ou il a grandi . Il y exerce le métier de facteur d'instruments anciens comme la veuze, une cornemuse typique du marais ©Les nouveaux jours

Thierry ne fait pas que fabriquer des cornemuses ou des veuzes, il en joue et l’enseigne même depuis une trentaine d’années. Sa classe compte une trentaine d’élèves dans le secteur, des musiciens âgés de 12 à 75 ans.



 

Envie dehors le marais breton vendéen, une émission à suivre le dimanche 27 novembre à 12.55

Présentation : Julie Hattu

Réalisation : Gildas Corgnet

Rédaction en chef : Alexandra Lahuppe

Productions : Les nouveaux jours

► À voir en replay sur france.tv dans notre collection Envie Dehors !

et disponible en replay sur pdl.france3.fr 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité