• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

“Opération Lune” à la découverte de l'épave cachée du Roi Soleil

Seule image connue de La Lune , ce dessin a été réalisé vers 1690 par l'artiste toulonnais Pierre Puget (navire de gauche) . (Crédit Musée national de la Marine/S. Dondain)
Seule image connue de La Lune , ce dessin a été réalisé vers 1690 par l'artiste toulonnais Pierre Puget (navire de gauche) . (Crédit Musée national de la Marine/S. Dondain)

Plonger à 90 mètres sous la mer pour percer les mystères d'un vaisseau amiral de la flotte de Louis XIV: c'est l'objet de "l'opération Lune" au large de Toulon.

Par Afp

19 années de patience

"Opération Lune", comme le nom d'un navire coulé en 1664, une mission archéologique exceptionnelle qui débute lundi au large de Toulon.
Cette épopée dirigée par le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm), épaulé par la Marine nationale, Dassault Systèmes et la chaîne Arte qui en tirera un documentaire, débute après 19 années de patience et de recherche depuis la découverte de l'épave.
L'histoire commence en mai 1993, quand Paul-Henry Nargeolet fait des essais en Méditerranée à bord du sous-marin Nautile. Au détour d'un test, le sonar du submersible détecte "un bruit de métal". Il en cherche l'origine et se retrouve face à "une image absolument fantastique": les 48 canons de "La Lune".

Un Pompéi sous-marin 

La découverte est immense, mais les technologies de fouilles sous-marines ne permettent pas, à l'époque, un chantier archéologique approfondi sur l'épave. "L'enjeu était au-dessus de nos forces, nous y avons raisonnablement renoncé", explique Michel L'Hour, directeur du Drassm, qui a présenté l'opération à la presse cette semaine. Mais deux décennies durant, les trésors que recèle ce "Pompéi sous-marin" n'auront de cesse de le fasciner.
Le navire, ayant coulé à pic et dans des eaux profondes, a en effet été préservé des dégradations et des vols que subissent les sites archéologiques sous-marins plus accessibles. Une accumulation de vaisselle, d'artillerie, d'objets du quotidiens miraculeusement préservés, repose donc au fond de l'eau. C'est aussi, souligne le préfet maritime Yann Tainguy, une sépulture sous-marine, où reposent les mille hommes ayant sombré avec le vaisseau le 6 novembre 1664.
 

 Des innovations technologiques

Lundi, ce n'est donc pas une fouille ordinaire qui commence, mais la mise au point d'un "chantier laboratoire", premier pas vers l'exploration, sur la durée, de sites à très grande profondeur.
Au centre du dispositif, le navire de recherche sous-marine André Malraux, mis en service en début d'année. Construit à La Ciotat, il sera accompagné de sous-marins de la Comex, de robots, d'un scaphandre habité et de matériel d'imagerie 3D conçu par Dassault Systèmes.
Cette dernière technologie permet d'appréhender le site de fouille hors de l'eau, c'est-à-dire "de commettre des erreurs dans le monde virtuel pour ne plus les commettre dans le monde réel", explique Cédric Simard, responsable du projet chez Dassault.
A terme, elle permettra aussi au grand public d'admirer le vaisseau en 3D, parfaitement reconstitué. Un navire méconnu, que personne ne peut pour l'heure décrire avec certitude, conséquence de son malheureux sort.

Disparu de l'histoire

Si "la Lune, ce navire d'un roi qui aimait à se faire appeler Soleil, a disparu des mémoires", c'est "parce que cette éclipse (le naufrage, ndlr) était préjudiciable" au souverain, avance Michel L'Hour. D'autant que le vaisseau amiral était devenu le symbole d'une défaite.
Avant de sombrer, il avait en effet été envoyé à Djidjelli, sur les côtes de l'actuelle Algérie, pour rapatrier des soldats du royaume vaincus par l'armée ottomane. Revenu à Toulon surchargé, on lui intima l'ordre de repartir plus loin pour être mis en quarantaine, des cas de peste ayant été détectés dans la région. En dépit des protestations de son capitaine, "La Lune" rappareilla mais coula presque immédiatement.
Son équipage, ses souvenirs et ses secrets gisent depuis par 90 mètres de fond, mais les chercheurs de "l'opération Lune" espèrent tout faire remonter à la surface dans les mois qui viennent.

Sur le même sujet

Leonardo Jardim, entraîneur de l'AS Monaco, lors de la conférence de presse du 7 août 2019

Les + Lus