• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Un site internet pour faire vivre le patrimoine audiovisuel de la Méditerranée

Suivre la première visite de Che Guevara en Algérie ou découvrir un spectacle de Jamel Debbouze datant de 1993: le site internet MedMem, lancé à Marseille par l'Ina, remonte le temps grace aux archives audiovisuelles du pourtour méditerranéen.

Par Robert Papin avec AFP

Ce site, dont le nom signifie "Mediterranean Memory", s'est donné pour mission de favoriser la sauvegarde des archives télévisuelles et radiophoniques de la Méditerranée tout en les faisant connaître.
Consultable en français, en anglais et en arabe, il s'adresse à la fois au grand public, qui peut visionner gratuitement les 4.000 documents audiovisuels mis en ligne, et aux chercheurs, pour qui il constituera une base de données sur des thèmes allant de l'architecture à l'environnement, en passant par la cuisine, les migrations
et les pratiques religieuses.
Au coeur de cette initiative, l'Institut national de l'Audiovisuel (Ina), mais aussi 14 chaînes de télévision des pays du bassin méditerranéen - la Rai italienne, la Télévision tunisienne, la Cyprus Broadcasting Corporation...
Lancé au début des années 2000, le projet est financé à hauteur de 1,5 million d'euros, sur un total de 2,2 millions, par l'Union Européenne, dans le cadre du programme "Euromed Héritage".
La majorité des pays bordant la Méditerranée se sont associés pour créer cette plate-forme. Seules exceptions: la Libye et la Grèce.
"L'Egypte a continué à alimenter la base pendant la révolution", indique l'historienne Maryline Crivello, coordinatrice éditoriale et scientifique du projet, qui note également "un très fort investissement des Palestiniens".
Pour se promener dans les archives, l'internaute dispose de plusieurs clés d'entrée: naviguer sur une carte interactive du bassin méditerranéen, cliquer sur une frise chronologique allant de 700.000 ans avant notre ère à nos jours, ouvrir des onglets thématiques -paysages et environnement, héritages historiques, société et modes
de vie...
Une quarantaine de chercheurs a travaillé pour remettre en contexte chacun des documents et rédiger des synthèses sur les grands thèmes abordés. 
Le projet procède "d'une vision progressiste, vivante, du patrimoine", insiste pour sa part Cyril Robin-Champigneul, représentant de la Commission européenne en Paca, qui souligne que "le patrimoine, ce ne sont pas seulement des vieilles pierres à protéger: ces archives constituent en elles-même un patrimoine".

Le site internet de MedMem: http://www.medmem.eu

Sur le même sujet

Le Dr Guevara explique la portée de cette modélisation numérique

Les + Lus