Fréjus : Le procès pour violences de Teddy Tamgho prévu demain probablement renvoyé

Teddy Tamgho devra vraisemblablement attendre pour être fixé sur son sort / © AFP Martin Bureau
Teddy Tamgho devra vraisemblablement attendre pour être fixé sur son sort / © AFP Martin Bureau

Le procès devant le tribunal de police de Fréjus (Var) du triple sauteur français Teddy Tamgho, pour une altercation il y a un an dans le Var, sera très probablement renvoyé, selon les  avocats des deux parties.

Par Yves Lebaratoux avec AFP

Le procès initialement prévu en septembre avait déjà été renvoyé une première fois, les parties n'ayant alors pas reçu l'intégralité du dossier.
"Nous nous sommes entendus pour demander au tribunal un nouveau renvoi du dossier car cette audience était difficilement compatible avec mon emploi du temps et celui de mon client, actuellement en préparation foncière en région parisienne", a indiqué Me Emmanuel Daoud, conseil de M. Tamgho.
"Cela a été décidé d'un commun accord, à la demande de Me Daoud", a confirmé un collaborateur de Me Frédérique Grégoire, conseil de la partie civile.
Les avocats n'ont eu accès au dossier pénal "qu'il y a huit jours", a-t-on souligné de part et d'autre.
Le détenteur du record du monde en salle du triple saut (17,92 m) doit comparaître pour répondre de son rôle dans une altercation qui l'a opposé à une athlète amateur et deux proches de celle-ci, lors d'une séance d'entraînement au centre de formation de Boulouris, en octobre 2011.
Teddy Tamgho, alors âgé de 22 ans, était dans la région dans le cadre de sa rééducation consécutive à la blessure à la cheville droite qui l'avait privé des Mondiaux deDaegu (Corée du Sud) l'été précédent.
Alors que l'athlète amateur fait état d'un début d'étranglement, de coups de genou dans la tête, de coups de poing et de coups de pied, Teddy Tamgho évoque de son côté un "petit accrochage" où "aucun coup" n'a été donné.
A la suite de cette altercation, la commission de discipline de la Fédération française d'athlétisme avait suspendu le triple sauteur 12 mois dont six ferme,
et lui avait infligé 50 heures de travail d'intérêt général et une amende de 1.500 euros.
"J'ai commis une erreur regrettable", avait reconnu Tamgho à la sortie de la commission, tout en se disant "soulagé" d'avoir la possibilité de prendre part aux jeux Olympiques de Londres, puisque sa suspension prenait fin le 18 mai 2012. Finalement, en raison de nouveaux soucis à la cheville, l'athlète n'y avait pas participé.
L'athlète continue actuellement son programme hivernal de reprise à l'Insep sous l'égide d'Ivan Pedroso, son entraîneur cubain, l'ancien champion olympique du saut en longueur.

Sur le même sujet

Un témoin raconte l'intervention à Saint-Raphaël

Les + Lus