• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

“le Chinois” une des figures historiques du grand banditisme marseillais interpellé à Coudray, Eure-et-loire

© Dominique Faget AFP
© Dominique Faget AFP

Par Hélène Bouyé, AFP

Démantelement d'un réseau de trafic de drogue

Plus de 18 mois d'enquête
avec la police et la justice espagnoles, lundi le coup de filet est lancé : dix interpellations, 26 kilos de cocaine saisis par l'office central de répression du trafic illicite de stupéfiants.  

Raymond Mihière dit le Chinois, Ange Buresi, Serge Navarro trois figures du grand banditisme marseillais sont en garde à vue ainsi que cinq personnes arretées dans la région marseillaise, une autre dans les Pyrénées-orientales, une dixième à Roissy, à son retour du Pérou en possession de drogue.
Raymond Mihière s'est fait un nom dans l'ombre de Gaétan Zampa, "parrain" marseillais, décédé en 1984. 

La période Zampa a scellé un changement d'époque dans le grand banditisme marseillais. Un "avant et après" l'entrée dans le trafic de drogue, d'héroine particulièrement, à grande échelle, ce que l'on appelera la "french connection" .

En 2007, France 3 Méditerranée propose une série documentaire "les parrains de la côte", réalisé par Philippe Carrese et Thierry Aguila. L' un des épisodes retrace la vie, le parcours de Gaetan Zampa dit Tany.
A voir
les parrains de la côte" Gaetan Zampa
Dans les années 70, le trafic de drogue international est une nouvelle donne pour les "flics et les voyous".  Le 26 Février 1971,  à la télévision  un reportage décrit la nouvelle collaboration des polices françaises et américaines.
                  
french connection: les polices collaborent aussi


Cette nouvelle donne devient aussi une matière pour le cinéma. Le réalisateur John Frankenhiemer  tournera deux films avec Gene Hackmann dans le rôle de l'enquêteur Jimmy "Popeye" Doyle à New York et à Marseille. Deux films "culte"
Extrait de "French Connection II " à Marseille.
BA "french connection II" 1975



Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus