• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Nice-Rennes, suite...Les Bretons saisissent la Commission de discipline de la LFP

2ème carton jaune pour le Rennais Kana-Biyik, synonyme d'expulsion / © France3 Côted'Azur
2ème carton jaune pour le Rennais Kana-Biyik, synonyme d'expulsion / © France3 Côted'Azur

Le Stade Rennais n'a pas "digéré" les 2 cartons rouges reçus lors de sa défaite au Ray et estime que les "attaques" visant son entraîneur sont "inappropriées et dénuées de tout fondement".

Par Yves Lebaratoux

"Le Stade Rennais FC a saisi la Commission de Discipline de la LFP afin quelle puisse se prononcer sereinement et équitablement, ce qui, nous l'espérons, mettra un terme à tout autre commentaire", écrit le club breton dans un communiqué.
"Soucieux d'éviter une polémique stérile avec le club niçois, le Stade Rennais Football Club constate que les attaques visant Frédéric Antonetti sont inappropriées et dénuées de tout fondement", poursuit le texte.
"Frédéric Antonetti a simplement voulu réagir à ce que tous les médias ont constaté : le penalty et les cartons rouges sont la conséquence de simulations manifestes", ajoute le communiqué.
A l'issue de la rencontre de la 17ème journée de Ligue 1 mardi, Antonetti avait estimé que "les tricheurs avaient gagné" en pointant du doigt l'exclusion de son défenseur central Kana-Biyik, pour deux cartons jaunes, puis le penalty accordé à Nice pour "un saut de l'ange de Bauthéac", synonyme de victoire niçoise avec exclusion du Rennais Jebbour à la clé.
Hier, l'OGC Nice avait invité sur son site internet Antonetti, entraîneur des Aiglons de 2005 à 2009, "à plus de mesure et à se concentrer sur son métier, son équipe et au Stade Rennais, club très apprécié dans notre championnat".
"Ce n'est pas la première fois qu'il se rend coupable de propos déplacés et dénués de sens à l'issue d'un match. Des propos bien souvent destinés à masquer les insuffisances de son équipe ou de son propre management", avait estimé le club niçois.

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus