Une exposition "Requins" au Musée océanographique de Monaco

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Le Creurer
Bassin caresse. Vous pourrez glisser une main dans l’eau pour caresser le dos ou le flanc d’un requin
Bassin caresse. Vous pourrez glisser une main dans l’eau pour caresser le dos ou le flanc d’un requin © T. Ameller – Musée océanographique de Monaco

Chaque année, plus de 100 millions de requins sont tués par l’homme. L’Institut océanographique de Monaco a souhaité inviter le public à dépasser des stéréotypes bien ancrés, pour partir à la rencontre de ces super-prédateurs, bien plus menacés selon lui que menaçants. 

En 2010, la première édition de la Monaco Blue Initiative, co-organisée avec la Fondation Prince Albert II, a souligné le rôle essentiel des grands prédateurs dans l’équilibre des écosystèmes marins. Or aujourd’hui, ces grands prédateurs -au premier rang desquels les requins- sont menacés. Chaque année, plus de 100 millions de requins sont tués par l’homme.
Suivant les espèces et les endroits, il est établi que 80 à 99% des populations de requins ont disparu depuis les débuts de la pêche industrielle et de nombreuses espèces sont aujourd’hui au bord de l’extinction générale ou d’une disparition locale. Par exemple, les « Anges de mer », qui avaient donné son nom à la Baie des Anges, y ont été exterminés dès le XVIIIe siècle.
La liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature -qui fait référence dans le recensement d’espèces menacées- montre aujourd’hui que 17% des espèces de requins en moyenne sont en danger. Ce chiffre grimpe jusqu’à 40% pour certains ensembles tels que les requins endémiques de Méditerranée ou les requins vivant en haute mer. Et la tendance est à l’aggravation continue. Pour nombre d’autres espèces, les données ne sont même pas suffisantes pour apprécier l’état des stocks.
En s’engageant en faveur des requins et en sensibilisant le public à cette cause, l’Institut océanographique entend répondre à une situation d’urgence et remplit pleinement sa mission qui est de faire connaître, aimer et protéger les océans.

En choisissant de consacrer aux seigneurs des mers une grande exposition, et plus largement un cycle de conférences, des colloques et un ouvrage de vulgarisation, l’Institut océanographique souhaite inviter le public à dépasser des stéréotypes bien ancrés, pour partir à la rencontre de ces super-prédateurs, bien plus menacés que menaçants". Robert Calcagno, directeur général de l'Institut océanographique

Avec cette exposition, "l'Institut océanographique souhaite non seulement sensibiliser le public mais aussi dépasser cette mauvaise réputation pour changer le regard que chacun porte sur les requins" selon son directeur.
D’après les statistiques, ils causent moins de 10 décès par an, quand les méduses tuent plusieurs dizaines de personnes dans le même laps de temps. Sans parler des accidents liés aux loisirs nautiques et des noyades en général : chaque année, 500 personnes en moyenne se noient en France, dont plus de 50 en piscine. Avec les accidents domestiques, les accidents de la route ou les décès par arme à feu, les ordres de grandeur sont encore plus stupéfiants. Où que l’on se trouve dans le monde, les risques sont bien plus grands qu’en mer…
 

Pourquoi s’inquiéter de la disparition de ces grands prédateurs ?

Ces dernières décennies, les progrès de la recherche marine ont mis en lumière le rôle essentiel des requins. Du haut de la pyramide alimentaire, ils contrôlent les populations de poissons qui constituent leurs proies, assurant ainsi l’équilibre global de l’écosystème. Qu’ils viennent à disparaître, comme sur la côte Est des Etats-Unis, et d’autres espèces prolifèrent – en l’occurrence des raies, qui à leur tour se délectent des coquilles Saint-Jacques, mettant un terme à une industrie prospère depuis plus d’un siècle.
 

Quels sont les temps forts de la visite ?

Dès leur arrivée, les visiteurs sont invités à rejoindre les aquariums où évoluent plusieurs spécimens de requins, parmi lesquels des requins gris de récif. En vue de l’ouverture de cette exposition, 21 nouveaux pensionnaires ont été accueillis dans les bassins entre novembre 2012 et avril 2013. Cette diversité permettra au public de mesurer la richesse des océans et de mieux appréhender la grande famille des requins, qui compte tout de même quelque 500 espèces différentes !
Une fois dans les salles, l’interactivité est au coeur du processus de découverte. Déployée sur 20 m de long et 3 m de haut, une gigantesque fresque digitale dévoile les caractéristiques biologiques et comportementales d’une dizaine d’espèces. Tous les sens des visiteurs sont en éveil. Ils peuvent toucher une mâchoire aux dimensions impressionnantes, caresser des peaux de requins et même approcher les squales en douceur grâce à un bassin caresse. Beaucoup de surprises leur sont réservées tout au long du parcours.

Infos pratiques:
L’exposition « REQUINS » sera visible à partir du 8 juin 2013 et pour une durée de 2 ans :
Musée océanographique de Monaco
Avenue Saint-Martin - MC 98000 Monaco - Parking des pêcheurs
Tél. : +377 93 15 36 00 - www.oceano.org
http://facebook.com/oceanomonaco
Horaires d’ouverture
Janvier à mars : 10h00 à 18h00
Avril à juin : 10h00 à 19h00
Juillet et août : 10h00 à 20h30
Septembre : 10h00 à 19h00
Octobre à décembre : 10h00 à 18h00
Le musée est ouvert tous les jours (à l’exception du 25 décembre et du week-end du Grand Prix de Formule 1).
Tarifs
Le billet d’entrée donne accès à la totalité de la programmation : collections historiques, expositions temporaires et aquariums.
Adultes : 14,00 €
Enfants de 4 à 12 ans : 7,00 €
Jeunes / Etudiant (13-18ans) : 10,00 €
Personnes à mobilité réduite (adultes et enfants) : 7,00 €
Enfant de moins de 4 ans : gratuit

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.