Le Premier ministre, à Marseille, avec cinq ministres, pour 24 policiers et une CRS supplémentaires

Les membres du gouvernement se sont rendus à l'hôpital de La Conception pour évoquer les problèmes de sécurité, avant de tenir en préfecture des réunions avec les responsables de sécurité, des parlementaires et des maires d'arrondissement. 

Jean-Marc Ayrault le 20 août 2013 à Marseille -photo Boris Horvat - Afp
Jean-Marc Ayrault le 20 août 2013 à Marseille -photo Boris Horvat - Afp

La visite du Premier ministre Jean-Marc Ayrault  intervient au lendemain d'un nouveau règlement de comptes mortel à Marseille, le 13e depuis le début 2013. Un homme de 25 ans a été criblé de balles dans sa voiture dans le quartier de l'Estaque, avant de s'effondrer sur le trottoir en tentant de prendre la fuite. Jean-Marc Ayrault est accompagné de cinq de ses ministres Manuel Valls (Intérieur), Christine Taubira (garde des Sceaux), Marysol Touraine (Affaires sociales), Cécile Duflot (Logement) et Marie-Arlette Carlotti (Handicapés).

15h30 : Arrivée à l’hôpital de la Conception. Entretiens à huis clos avec l’équipe des urgences, très choquée après l'agression d'un infirmier dimanche. L'infirmier, qui a été blessé d'un coup de couteau par l'un des meurtriers présumé d'un jeune homme, tué en plein centre-ville, est en arrêt maladie pour 10 jours et n'est pas présent.

"Ce que je voudrais rappeler, c'est que le gouvernement est engagé avec détermination pour faire reculer la violence, la délinquance et le crime à Marseille et dans la région", a déclaré le Premier ministre.

En toile de fond, pour assurer la sécurité de tous, le premier ministre a évoqué le projet de grande métropole de Marseille.

16h15 : Réunion sécurité avec les services de l’Etat, les élus, en Préfecture de Région. L'arrivée de 24 policiers d'investigation et d'une CRS a été annoncée. 230 hommes sont déjà venus renforcer les équipes marseillaises depuis le comité interministériel du 6 septembre 2012.

18h30 : Point presse en préfecture. "Il y a urgence" a rappelé le Premier ministre après avoir prononcé les mots de "métropole marseillaise" qui apparaît comme l'une de stratégie mis en place du gouvernement pour l'avenir à Marseille. Et puis Jean-Marc Ayrault a expliqué la lutte du gouvernement contre le trafic de drogue, avec le travail des policiers, gendarmes, douaniers..."S'il y a des règlements de comptes, c'est que nous dérangeons", "Le travail ( contre le trafic de drogue ) est en train de payer, mais il ne faut pas baisser la garde".  "C'est un travail en profondeur, sans relâche".


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique