• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Marseille : une vente aux enchères contestée

Une des photographies proposées à la vente aux enchères. / © Photo de Massimo Vitali.
Une des photographies proposées à la vente aux enchères. / © Photo de Massimo Vitali.

Cinq photographes européens s'opposent à la vente aux enchères de leurs oeuvres. En 2005, l'Agence pour le Développement et la Valorisation du Patrimoine leur avait passé commande. Aujourd'hui leurs photographies sont en vente à Marseille.

Par Robert Papin

Les cinq photographes de renom international ont été d'abord surpris, puis indignés d'apprendre que leurs photographies seront vendues samedi 12 octobre 2013 à Marseille dans le cadre d'une vente aux enchères.
C'est en 2005, qu'ils ont réalisé leurs photographies commandées par  l'Agence pour le Développement et la Valorisation du Patrimoine. Les 40 photographies retenues ont fait l'objet d'une exposition aux rencontres photographiques d'Arles en 2006 "Monuments et Paysages".
Un ciotaden compte parmi les cinq photographes concernés, Bernard Plossu. Les autres sont : les photographes italiens Massimo Vitalo connu pour ses solarisations et Gabriele Basilico, aujourd'hui décédé, l'anglais John Davis, paysagiste et et le contemporain Jordi Bernardo

Recours au Ministère de la Culture

Les photographes font référence à leur droit d'auteur qui exige notamment leur autorisation avant toute exploitation secondaire de leurs oeuvres. Mais aucun d'entre eux n'a entamé une procédure judiciaire.
Ils se sont simplement adressé à la ministre de la culture, Aurélie Filippetti qui a demandé hier, vendredi 11 octobre,  la suspension de la vente aux enchères prévue aujourd'hui salle Damien Leclère à Marseille
Le commissaire-priseur qui s'étonne de la polémique a déclaré : "Il n'y a aucun parti qui a pris la peine de saisir la justice, cette vente reste parfaitement légale, cette association (ndlr, l'agence pour le développement et la valorisation du patrimoine) est dans son droit". La vente aura donc lieu.
Hervé Passamar, le directeur de l'Agence pour le développement et la valorisation du patrimoine, a fait savoir que son agence cède ses clichés pour faire face à des problèmes financiers. Le ministère de la Culture lui a envoyé un courrier auquel il a répondu qu'il est juridiquement impossible de reporter la vente.

Sur le même sujet

Dr Nathalie Tieulié ( 06 )

Les + Lus