Kem One : le tribunal rendra son jugement ce vendredi à 17h

Le tribunal de commerce de Lyon rendra sa décision dans le dossier de la reprise du groupe chimique Kem One, dont le redressement judiciaire depuis neuf mois menace 1.300 salariés, ce vendredi à 17h, a indiqué un avocat du groupe à la sortie de l'audience.

© Jean Perrier, F3 RA
Le tribunal, après avoir entendu l'administrateur judiciaire Me Bruno Sapin, l'industriel français Alain de Krassny et les représentants du fonds américain OpenGate et des salariés, a mis sa décision en délibéré à 17H00, "mais très vraisemblablement il homologuera le plan de continuation de Kem One", a déclaré Alain Ribeyre, avocat du groupe chimique.

Une seule offre est sur la table pour les activités amont de Kem One (chlorochimie et production de PVC), seules concernées par le redressement: celle de M. de Krassny, propriétaire de l'entreprise autrichienne Donau Chemie. L'autre repreneur potentiel, le fonds d'investissement américain OpenGate, s'est retiré jeudi après avoir envisagé de présenter mercredi une offre commune avec de Krassny, ce qui n'a pas été possible pour des raisons techniques. OpenGate compte cependant entrer au capital dans un second temps, si le tribunal désigne M. de Krassny comme repreneur.
Personne ne veut croire à une liquidation, qui aurait un effet domino sur 10.000 emplois dans la filière pétrochimique selon le gouvernement, jusqu'à 25.000 selon
les syndicats. En visite jeudi sur un site de Kem One à Balan (Ain), le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg s'est dit "confiant". L'Etat s'est engagé à fournir 128 millions d'euros d'avances et de prêts au repreneur, selon l'administrateur judiciaire.

Kem One est né à l'été 2012 de la cession par Arkema de son pôle vinylique au financier américain Gary Klesch, pour un euro. Le groupe emploie 2.600 personnes
dans le monde, dont 1.780 en France, pour un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros. Outre le siège de l'entreprise à Lyon, sept sites industriels sont concernés en
France par le redressement judiciaire: Balan (Ain), Saint-Fons (Rhône), Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence), Berre, Fos-sur-Mer et Lavéra (Bouches-du-Rhône), Vauvert (Gard).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter