Cet article date de plus de 6 ans

Délinquance en baisse à Marseille annonce le procureur

 En 2013, la délinquance a baissé de 4,12%, les vols avec violence ont diminué de plus de 20%, le procureur de la République Brice Robin révélait ses données lors de l'audience solennelle de rentrée du TGI de Marseille, 

© AFP
"Le nombre de faits constatés a baissé de 4,12% passant de 103499 à 99239 et la délinquance sur la voie publique a diminué de 8, 57% "tandis que le nombre de personnes
placées en garde à vue a baissé de 16,06 % (9428 contre 10942), a précisé Brice Robin.
Il a souligné "la baisse la plus spectaculaire", celle des "vols avec violence qui sont passés de 10666 à 8478 (-20,51%) et celle des violences contre les personnes
passée de 21577 à 18900 (-12,41%).

4.855 victimes d'agression physique de moins qu'en 2012 c'est

 13 victimes de moins par jour de l'année

a ajouté Brice Robin en soulignant "les efforts réalisés par l'ensemble des acteurs et l'efficacité des services de la sécurité publique de Marseille et de la police municipale".
 "Il ne faut pas se reposer sur ses lauriers, il faut continuer la lutte quotidienne contre l'insécurité", a ajouté le procureur en soulignant "l'inversion de la tendance", en matière de délinquance à Marseille.

Marseille n'est pas selon lui  "la capitale de l'insécurité"

C'est tout simplement faux. On est certes dans le peloton de tête, mais on n'est pas plus en insécurité à Marseille qu'à Paris, Lyon, Nice ou Toulouse

 

Le procureur a souligné que "le taux de criminalité moyen pour 1.000 habitants, de 2010 à 2012 était de "89 à Nice, 88 à Marseille, 87 à Lyon intra-muros, 84 à Toulouse et de 80 à Paris". Cependant "la violence est toujours trop présente" et "les règlements de compte entre trafiquants de produits de stupéfiants toujours trop importante", Brice Robin se refusant toutefois à "limiter la vision quotidienne de la délinquance à Marseille aux 17 règlements de compte intervenus en 2013".

Quant au bilan des actions menées en 2013 dans 27 cités des zones sensibles, il s'est traduit "par l'interpellation de 2.229 acteurs de délits dont 613 pour des affaires de trafics de produits stupéfiants et 263 qui étaient recherchés par la justice", a précisé le procureur de la République.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice