Cet article date de plus de 7 ans

George Pau-Langevin souhaite étendre les dispositifs relais pour élèves décrocheurs

La ministre déléguée à la Réussite éducative, George Pau-Langevin, en visite jeudi à Marseille a annoncé qu'elle édicterait prochainement une circulaire afin  de généraliser les dispositifs relais destinés aux élèves décrocheurs, en créant notamment des internats relais.
La ministre déléguée à la Réussite éducative, Mme George Pau-Langevin
La ministre déléguée à la Réussite éducative, Mme George Pau-Langevin © Afp

Dans les dispositifs relais, "l'élève en difficulté scolaire ou de comportement est sorti de la classe et il est repris dans une petite structure avec un enseignant particulièrement compétent et qui applique +une pédagogie de la déviance+", a expliqué Mme Pau-Langevin. "On lui fait reprendre ses bases et par ailleurs on lui permet de réfléchir sur les notions de citoyenneté, de civisme..." a-t-elle détaillé.


La ministre, qui a visité deux collèges de quartiers populaires marseillais, l'un dans le centre-ville (IIIe arrondissement.) et l'autre dans les quartiers nord (XVe), "dont 80% des élèves sont issus de catégories sociales défavorisées", a vanté les résultats de ces dispositifs affirmant qu'"au bout de 2 à 3 mois l'élève qui a repris confiance" peut revenir dans sa classe.
Elle a annoncé qu'elle prendrait "prochainement une circulaire" pour étendre le dispositif, "à un par académie, pour qu'il y ait dans la plupart des établissements la possibilité de prendre en charge, en interne à l'Education nationale, un certain
nombre de jeunes qui rencontrent des difficultés particulières". La ministre a ajouté qu'en complément, "des internats relais" seraient également créés afin que les jeunes puissent être, à la fois, "sortis de leur quartier" et "encadrés à plus long terme, sur une année".

"Dans les établissements en (zone d')éducation prioritaire où la question du décrochage, de l'absentéisme, se pose particulièrement, il est utile d'avoir ce type de dispositif", a-t-elle encore déclaré.


George Pau-Langevin a également annoncé qu'elle allait renforcer les partenariats avec la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) expliquant: "nous avons les enseignants, mais nous avons vraiment besoin d'éducateurs (PJJ) si l'on veut que le système fonctionne correctement".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation