SNCM : Comité d'Entreprise sous tension

Publié le Mis à jour le
Écrit par GM avec AFP

Le comité d'entreprise de la SNCM,  a débuté en retard en fin de matinée et sous tension. Le président de la compagnie maritime devrait confirmer son intention de déposer le bilan, durant cette séance.

Le climat est tendu à la SNCM pour la réunion de ce Comité d'Entreprise. Initialement prévu en début de matinée, ce CE extraordinaire au siège de la compagnie a été retardé par des salariés qui ont vivement interpellé le président du directoire Olivier Diehl sur la gestion de l'entreprise.
Les actionnaires majoritaires de la SNCM, Transdev et Veolia (66% du capital), souhaitent depuis plusieurs mois déposer le bilan, puis placer l'entreprise en redressement judiciaire, ce qui, selon ses dirigeants, constitue la seule solution pour "empêcher (sa) disparition pure et simple".
L'Etat, actionnaire à 25%, Veolia et Transdev estiment que ce redressement judiciaire,
une étape "technique", va permettre à la compagnie à la fois d'annuler les condamnations européennes à rembourser des aides publiques jugées illégales, pour un total supérieur à 400 millions d'euros, et de trouver un nouvel actionnaire à cette société chroniquement déficitaire.
Techniquement, Transdev a annoncé vendredi à l'issue d'un conseil de surveillance qu'il exigerait lundi de la SNCM le remboursement de 103 millions d'euros de prêts, et de 14 millions d'euros de Veolia. Des créances que la compagnie ne peut honorer, au vu de sa situation financière, ce qui la mettra en cessation de paiement, lançant un processus de redressement judiciaire.
Transdev et Veolia engagent cette procédure alors que prend tout juste fin le moratoire, signé en juillet pour sortir de 17 jours de grève, et qui stipulait que la compagnie maritime ne pouvait pas être placée en redressement judiciaire jusqu'au 31 octobre.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.