Crash A320 : les patrons de la Lufthansa et de Germanwings ne donnent aucune réponse

Publié le Mis à jour le
Écrit par Astrid Garaude

Les deux dirigeants allemands Carsten Sprohr et Thomas Winkelmann sont arrivés ce matin à Seyne-les-Alpes. Lors d’une conférence de presse près du lieu du crash, ils ont refusé de répondre aux questions des journalistes et n'ont donné aucune précision sur le crash de l'A320.

Carsten Sprohr, le patron de Lufthansa, et Thomas Winkelmann, celui de Germanwings, sont arrivés en hélicoptère ce matin à Seyne-les-Alpes, puis se sont rendu au plus près des lieux du crash de l’A320.

Ils ont fait une déclaration sur place. Mais n’ont donné aucune précision quant aux circonstances du drame. Ils ont d’ailleurs refusé de répondre aux questions des journalistes et n'ont pas dit un seul mot sur le copilote. 

Chaque jour nous en apprenons un peu plus et il s’écoulera encore beaucoup de temps avant que nous comprenions exactement ce qui s’est passé."


S’est contenté de déclarer Carsten Sprohr. Alors que les journalistes s'apprêtent à poser des questions notamment au sujet des antécédents psychiatriques d'Andreas Lubitz, ils tournent les talons. 
##fr3r_https_disabled##Il a tenu à remercier au nom de la compagnie les équipes qui ont travaillé d’arrache pied sur place depuis le crash et plus généralement le peuple français. Il a souligné "le professionnalisme et l’empathie dont ont fait preuve les équipes de secours et d’enquête." Ils ont présenté leurs excuses et se sont déclarés infiniment désolés. Plus tôt dans la matinées, les deux hommes se sont receuillis sur la stèle en hommage aux victimes. 
Depuis les révélations sur l’état de santé psychiatrique du pilote, les patrons des compagnies aériennes sont dans le collimateur. Lufthansa a révélé mardi que le copilote soupçonné d'avoir provoqué le crash, qui a fait 150 morts le 24 mars, l'avait informé en 2009 qu'il avait connu un "épisode dépressif sévère".

Le point sur l’accueil des victimes

Point sur les dispositifs entourant l’accueil des familles de victimes ce mercredi. Une logistique solide a été mise en place par les services de l’État avec le concours des associations agréées de la sécurité civile.

Elle comprends un dispositif d’accueil de zone à Marseille, une cellule d’accueil à la fois à la gare Saint-Charles et à l’aéroport de Marignane de même que des navettes d’acheminement des familles jusqu’à Digne-les-Bains. Plusieurs propositions d’hébergement existent pour les familles. Des interprètes et des cellules d’Urgence Médico Pyschologique sont également à disposition des familles.
La préfecture des Alpes-de-Haute-Provence annonce que ce dispositif restera en place le temps nécessaire et sera particulièrement renforcé lors du long week-end de Pâques. La piste permettant de faciliter l’accès de la zone du crash aux services chargés de l’identification des disparus est en cours d’achèvement a précisé la préfecture.