Restrictions de circulation à 30 km, test PCR : le point sur les règles sanitaires entre la France et Monaco 

Depuis la fin de la semaine dernière, les règles ont changé à plusieurs reprises. Alors test PCR obligatoire ou non, attestation dérogatoire à renseigner ou non, on récapitule. Le gouvernement annonce aussi la reconduction jusqu’au 19 mars du dispositif visant à juguler la pandémie.

Ce lundi 15 février, 169 véhicules ont été prié de faire demi-tour à l'entrée de la Principauté de Monaco.
Ce lundi 15 février, 169 véhicules ont été prié de faire demi-tour à l'entrée de la Principauté de Monaco. © FTV Loïc Blache

Les règles entre la France et Monaco sont basées sur un principe de réciprocité :  

Toute personne résidant dans les Alpes-Maritimes et le Var peut se rendre à Monaco, sans test PCR, pour autant que le déplacement reste inférieur à 24 heures. Toute personne résidant à Monaco, peut se rendre dans les Alpes-Maritimes et le Var, sans test PCR, pour autant que le déplacement reste inférieur à 24 heures. 

La règle est la même pour les travailleurs pendulaires, les scolaires, les étudiants. Pour tous, si la durée du séjour dépasse 24h, la présentation d'un test PCR négatif de moins de 3 jours est obligatoire. 

Partout ailleurs, test PCR obligatoire de moins de 72H

Pour les résidents de tous les autres départements français, l'entrée à Monaco est conditionnée à la présentation d'un test PCR négatif qui doit avoir été réalisé dans les 3 jours maximum.

De la même façon, les résidents monégasques sont soumis à la présentation d'un test PCR négatif de moins de 72h, dès lors qu'ils souhaitent se rendre dans l'ensemble des autres départements français.

En dehors des horaires du couvre-feu établi sur le territoire français (6h à 18h), une attestation dérogatoire doit également être renseignée. 

C’est la France qui la première a mis en place des restrictions de circulation entre les deux territoires avec une application de la règle des 30 km dans un premier temps assouplie au niveau du département des Alpes-Maritimes (depuis samedi 13 février), puis à celui du Var (ce mardi 16 février). À chaque fois, Monaco a décidé d’appliquer une stricte réciprocité à ces règles d’entrée. 

Il n’y a pas de bras de fer, pas de tension particulière, mais une situation que nous souhaitons la plus fluide possible. 

Patrice Cellario, ministre de l’Intérieur de la Principauté de Monaco ce lundi 15 février.

La Principauté qui avait estimé insuffisante la mesure d'assouplissement applicable au seul département des Alpes-Maritimes. Monaco estime que cet assouplissement du contrôle sanitaire pour le Var "va dans le sens de ce que demande le Gouvernement princier aux autorités françaises". 

Le Gouvernement princier dit poursuivre le dialogue avec les autorités françaises "afin de lever le délai de 24 heures "en argumentant sur les notions de “bassin de vie” et de “communauté de destin”.  

Jusqu'au 19 mars il faut à Monaco respecter ces règles :

- couvre-feu entre 19h et 6h
- restaurants accessibles uniquement pour le déjeuner sous réserve d’être résident, salarié et/ou scolarisé en Principauté. Le service ne peut être effectué qu’entre 11h et 1 h, sur réservation préalable, et pour des tablées ne dépassant les 6 convives.
- recours obligatoire au télétravail dans les secteurs privé et public reste en vigueur. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
monaco international coronavirus/covid-19 santé société circulation économie transports