Aïd el Kebir : les lieux d'abattage autorisés dans le Var et les Alpes-Maritimes

En vue de la préparation de la fête de l'Aïd el Kébir ce dimanche 11 août, les autorités donnent la liste des lieux d'abattage autorisés. Les modalités pratiques ont été définies avec la communauté musulmane afin de respecter les règles sanitaires, environnementales et de protection animale.

 
L'abattage des moutons pour la fête religieuse de l'Aïd el Kebir est strictement encadré pour respecter les normes sanitaires.
L'abattage des moutons pour la fête religieuse de l'Aïd el Kebir est strictement encadré pour respecter les normes sanitaires. © Pascal Pavani - AFP
La fête de l’Aïd El Kébir est fixée au dimanche 11 août, une date importante pour la communauté musulmane qui célèbre ainsi le sacrifice d'Abraham. En vue des préparatifs de cette fête traditionnelle religieuse, la préfecture du Var a défini les modalités pratiques avec les représentants de la communauté musulmane, pour respecter le rite de l’abattage des moutons. 

Dans le Var, en l'absence d'abattoir permanent, des abattoirs temporaires sont agréés en plusieurs lieux du département. Voici les adresses des 5 abattoirs autorisés :  


Tickets de retrait


La Préfecture précise qu'un scarificateur agréé par l’instance religieuse sera présent. Les fidèles pourront choisir et retenir l'animal de leur choix. Des tickets de retrait leur seront remis où des tranches horaires seront indiquées. A la fin de l'abattage, une marque sanitaire sera apposée sur la carcasse, garantissant que la viande a été contrôlée et qu’elle peut être consommée. Les services de l’État procéderont à des contrôles pour vérifier la bonne application de ces règles et le respect de l’organisation mise en place.

Dans les Alpes-Maritimes, trois lieux d’abattage sont prévus dans le département par la préfecture les 11 et 12 août 2019 : 
 
Afin de garantir l’hygiène et la sécurité de l’abattage des animaux dans le cadre de l’Aïd Al Adha, trois lieux d’abattage sont prévus dans le département les 11 et 12 août 2019 :Toute personne impliquée dans l’abattage d’animaux hors des abattoirs autorisés engage sa responsabilité et est passible de sanctions (cf.encadré).
Le non-respect de l'arrêté préfectoral en date du 3 juillet 2019 relatif à la limitation des mouvements d'animaux de l'espèce ovine dans le département des Alpes maritimes du 15 juillet au 12 août 2019 entraînera des sanctions.

Qu'est-ce que l'Aïd el Kebir ?


L'Aïd el Kebir est célébré le dixième jour du dernier mois du calendrier islamique, en commémoration du sacrifice d'Abraham sur ordre de Dieu. Cette fête est symbolisée par l'épisode où Abraham accepte d'égorger Ismaël, son unique fils à l'époque. Dieu envoie alors l'archange Gabriel qui substitue au dernier moment l'enfant par un mouton qui servira d'offrande sacrificielle. En souvenir de cette soumission totale d'Abraham à son Dieu, les familles musulmanes sacrifient un mouton en l'égorgeant, couché sur le flanc gauche et la tête tournée vers La Mecque, après la prière et le sermon de l'Aïd.
Quelles sont les sanctions ?
Les contrevenants, qu’ils soient éleveurs, opérateurs, revendeurs ou consommateurs, s’exposent à des sanctions pénales.
La mise à disposition de locaux, terrains, installations, matériels ou équipements pour abattage en dehors des sites agréés, est passible d’un procès-verbal de contravention. L’abattage d’animaux hors d’un abattoir agréé dans des conditions illicites constitue un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 15. 000 € d’amende.
La commercialisation par un établissement non agréé constitue également un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 15.000 € d’amende.
En outre, la préfecture rappelle que le transport d'animaux vivants n'est autorisé que :
  • à destination des abattoirs agréés et des abattoirs autorisés temporairement pour la fête de l’Aïd-El-Kebir ;
  • à destination des cabinets ou cliniques vétérinaires ;
  • entre 2 exploitations pour les éleveurs ayant préalablement déclaré leur activité à l'établissement interdépartemental de l'élevageconformément 
En dehors de ces cas, tout transport non autorisé est passible d’une amende pouvant s’élever à 450 €.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société