Chemin de Fer de Provence: le personnel en grève perlée contre la suppression de deux lignes en septembre

Publié le
Écrit par Annie Vergnenègre, Véronique Bouvier et Aurélien Casanova

Deux lignes du Train des Pignes vont fermer dès septembre prochain entre Annot et Digne-les-Bains. Cette décision motivée par la baisse de la fréquentation suscite l'incompréhension et la colère des usagers. Les personnels entament, eux, une grève le 4 juin.

Après la suppression des lignes entre Nice et Annot i y a trois ans, après l'effondrement du tunnel de Moriez, c'est au tour des lignes 1 et 2 entre Annot et Digne-les-Bains de fermer en septembre. 

Le conseil régional propriétaire de la ligne a décidé de supprimer ces lignes, jugées pas assez rentables. A l'appel de la CGT, les personnels des Chemins de fer de Provence sont appelés à faire une grève perlée tous les dimanches et lundis, à partir du 4 juin et jusqu'à la fin de l'été.

Pour cette sexagénaire, la suppression de ces lignes est inenvisageable : "je suis sophrologue, je travaille à Château-Arnoux et à Valberg, je laisse ma voiture à Entrevaux et je prends mon petit Train des Pignes (...) alors que là, je ne sais pas comment je vais faire? le co-voiturage,c'est compliqué, le train, il est utile."

Même incompréhension de la part de cette jeune femme qui a un atelier de céramique à Annot et qui n'est pas de voiture : "Quand on supprime ces lignes-là, c'est des gens qui ne peuvent pas aller travailler dans la Vallée".  Au contraire, elle réclame deux fois plus de trains "pour qu'il y ait un vrai service de transport pour faciliter la mobilité des gens qui ne peuvent pas conduire."

Inquiétude pour l'avenir

Le train qui partait à 7h10 de Digne pour être à 10h30 à Nice sera supprimé à la rentrée. Le premier train arrivera désormais à 14h30 sur la côte. Le train de retour restant programmé à 17h10.

"On nous supprime le premier service du matin qui part de Digne-les-Bains, jusqu'à Nice, entre Digne et Annot et sur le retour aussi. La suppression de ce service nous fait peur et il y a aussi le tunnel de Moriez où rien n'avance, la Région a beau nous dire qu'ils vont le réparer, nous on n'y croit plus aujourd'hui", déplore Thomas Hernandez, responsable communication à la CGT. 

Il estime que ce sont "les Alpes-de-Haute-Provence qui vont payer le prix forts" des choix qui sont faits. Le syndicaliste a lancé une pétition en ligne qui a récolté près de 11.000 signatures de soutien.